Brasserie Dunham triple médaillée au Rate Beer Best Awards

Sébastien Gagnon et Eloi Deit, copropriétaires de la... (fournie par Sébastien Gagnon)

Agrandir

Sébastien Gagnon et Eloi Deit, copropriétaires de la Brasserie Dunham, ont reçu trois médailles lors des Rate Beer Best Awards, en Californie, récompensant leur brasserie et leurs bières «Porter Coco Chipotle» et «Red Shases».

fournie par Sébastien Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) La Brasserie Dunham continue de se distinguer sur la scène internationale. Le site de référence mondiale Rate Beer a tenu son premier gala de remises de prix, le Rate Beer Best Awards, samedi, en Californie. Brasserie Dunham en est repartie avec trois médailles.

S'il s'agissait d'une première édition de l'événement, Rate Beer réalisait tout de même déjà ses classements des meilleures bières et brasseries depuis plusieurs années. «On était très contents, a commenté Sébastien Gagnon, copropriétaire et directeur général de la Brasserie Dunham. On a gagné trois médailles, dont une pour le top 100 mondial parmi 22 000 brasseries sur la planète, pour une 3e année consécutive. On a aussi une médaille d'argent pour une bière qui s'appelle Porter Coco Chipotle, vieillie en barrique de bourbon. L'année passée, il y a eu environ 60 000 bières qui sont sorties partout sur la planète. Ils en font un top 50 et notre Red Shases en fait partie.»

Une telle reconnaissance du milieu et des amateurs de bière permet à Brasserie Dunham d'être reconnue à travers le monde. Seules deux brasseries québécoises ont reçu des prix, soit celle de Dunham et Dieu du ciel. «Pour nous, c'est sûr que c'est un levier sensible, observe M. Gagnon. De plus en plus de gens font des heures et des heures de route pour venir goûter ou acheter nos bières. Quand on est tombés dans le top 100 mondial pour la première fois, ça a été un déclencheur assez notoire pour tout ce qui est de notre démarche d'exportation. Le téléphone s'est mis à sonner, on a dû faire des choix. On a dû dire non à certains pays. On n'était pas prêts parce qu'on est une petite brasserie.»

Découvrir pour innover

La soirée de gala a été suivie, dimanche, par un festival de la bière où les brasseurs pouvaient faire déguster leurs produits... et déguster ceux des autres. Sébastien Gagnon, accompagné de son partenaire d'affaires Eloi Deit, a pu découvrir des bières qu'il n'avait jamais eu l'occasion de goûter. Environ 2500 amateurs de bière ont acheté des billets pour assister au salon et avoir accès à tous ces brasseurs.

«On a essayé de goûter à des trucs qu'on ne connaissait pas, de nouvelles bières. On est très honorés d'avoir été invités parce que c'est la mecque brassicole dans le monde. On est, à la base, des fans de bière, alors on était comme des enfants dans un magasin de jouets.»

Cet événement a permis de faire des échanges, de partager des connaissances et des techniques. Il n'y a pas de chauvinisme dans le monde brassicole, malgré que ce soit un marché compétitif, dit-il. Il s'agit aussi d'une source d'inspiration, de motivation et de découvertes. «Tout ce qui est innovation, c'est notre leitmotiv. Un événement comme celui-ci, ça nous permet de nous comparer, mais aussi de goûter, d'aller chercher des influences. Ça amène une ouverture et plein d'idées de démarches. Ça nous motive à continuer.»

Nouvelle bière

Par ailleurs, Sébastien Gagnon et Eloi Deit étaient dans les locaux de Libertine Brewing Company, à San Luis Obispo, en Californie, lundi, dans le cadre d'une collaboration avec des brasseurs rencontrés l'an dernier lors d'un événement. La bière collaborative, une sûre, sera vendue en Californie et «on va probablement refaire l'équivalent au Québec quand on va revenir au pays».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer