Boxing day: frénésie dans la région

Du côté des Galeries de Granby, l'effervescence d'Après-Noël... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

Du côté des Galeries de Granby, l'effervescence d'Après-Noël s'est fait sentir, alors que l'endroit grouillait de chasseurs de rabais.

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La région n'a pas été épargnée par la frénésie qui accompagne le Boxing Day, alors que de nombreux commerces ont été envahis par des clients en quête d'aubaines.

Dès 9 h 30 samedi, des gens ont fait le pied de grue devant le Best Buy de Granby, alors que les portes n'ouvraient qu'à... 13 h. Le gérant du magasin, Stéphane Gagnon, n'a eu que quelques minutes à accorder à La Voix de l'Est, tellement le flot de consommateurs a été important. «L'énergie est au rendez-vous, bien évidemment. J'ai des employés qui sont rentrés à 6 h du matin pour finir de tout préparer», indique-t-il.

Vers 12 h 45, au moins 300 personnes attendaient dans une longue file s'étirant jusqu'à l'établissement voisin, le Canadian Tire. L'entrée s'est faite dans le calme, puisque des employés ont été placés stratégiquement pour éviter que tout le monde se rue au même moment.

Les nombreux employés avaient bien été préparés pour ce quart de travail qui ne serait pas de tout repos.

En moins de trois minutes, un homme sortait déjà avec un téléviseur à écran plat sous le bras, visiblement fier de son achat.

Au Canadian Tire, plusieurs personnes ont également attendu l'ouverture des portes à 13 h.

Du côté des Galeries de Granby, l'effervescence d'Après-Noël s'est fait également sentir, alors que l'endroit grouillait de chasseurs de rabais. Le stationnement était rempli et les consommateurs pressés de compléter leurs emplettes ne se sont pas gênés pour user de leur klaxon ou louvoyer dangereusement. Certains ont dû faire preuve de patience avant de trouver un emplacement vide.

Au Sports Experts, les clients ont été au rendez-vous, selon le propriétaire Serge Tremblay. «J'ai eu un bon Black Friday, donc je m'attends à de bonnes ventes aujourd'hui (samedi) aussi. Les gens s'attendent à des deals et c'est ce qu'on leur donne», explique-t-il. Étant également le propriétaire du magasin Atmosphere de Bromont, il a été en mesure d'affirmer que les ventes devraient être meilleures que l'an dernier.

Au Carrefour Champêtre de Bromont, il était difficile de trouver un stationnement, tant l'engouement était important.

Comme chaque année, ce sont les magasins d'appareils électroniques qui attirent le plus grand nombre de clients au Boxing Day, selon ce qui a pu être observé à divers endroits.

De retour au centre commercial le 27 décembre, La Voix de l'Est a pu remarquer que les soldes devraient se poursuivre jusqu'en janvier, mais que les clients se faisaient bien moins nombreux que la veille.

Ventes en ligne

Les ventes en ligne commencent peu à peu à prendre le pas sur les ventes en magasin, mais ça ne s'est pas remarqué lors du Boxing Day. «Je crois que les gens aiment encore le vrai produit physique, même s'ils achètent en ligne», estime le gérant du Best Buy, Stéphane Gagnon.

Quelques clients de l'établissement ont néanmoins affirmé avoir observé une énorme file de personnes venant récupérer leur achat en ligne.

Il a été difficile de parler longuement avec les gérants de magasins, tellement ils ont été occupés avec les clients. Certains ont même décliné les demandes d'entrevues de La Voix de l'Est.

Selon le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO), en 2014, la moitié des adultes québécois (49,4%) ont réalisé au moins un achat en ligne au cours de l'année. On retrouve une proportion plus importante de cyberacheteurs chez les hommes (55,5%) que chez les femmes (43,7%). Les adultes âgés de 25 à 34 ans (72,2%) et ceux de 35 à 44 ans (68,9%) sont également relativement plus nombreux à acheter en ligne que la moyenne.

Toutes catégories confondues, les données du CEFRIO permettent d'estimer à 6,6 milliards de dollars les achats totaux effectués en ligne par les adultes québécois durant l'année 2014. De ce montant, trois dollars sur quatre sortent de la province et 50% vont aux États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer