Couillard prédit un déclin du gaz naturel

Le premier ministre québécois, Philippe Couillard, prédit la... (Associated Press)

Agrandir

Le premier ministre québécois, Philippe Couillard, prédit la réduction draconienne, voire la fin du recours au gaz naturel d'ici à 2050.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Paris

Après avoir tenté d'enterrer les projets d'exploitation des hydrocarbures à l'île d'Anticosti, le premier ministre Philippe Couillard prédit maintenant la réduction draconienne, voire la fin du recours au gaz naturel d'ici à 2050.

Le premier ministre a indiqué que le gaz naturel n'était qu'un «élément de transition» vers une économie «décarbonisée». Il compte sur des avancées technologiques plus rapides que prévu pour y arriver.

À Paris pour assister à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP 21, M. Couillard avait d'abord, samedi, condamné les projets d'exploitation des hydrocarbures en cours actuellement à l'île d'Anticosti, une île qui recelerait d'ailleurs d'immenses réserves de gaz naturel.

Dimanche, en point de presse, le premier ministre a commencé par mettre en valeur les mesures de son gouvernement en faveur du gaz naturel liquéfié, qui pollue 25 à 30 % moins que d'autres carburants comme le diesel, que ce soit dans les flottes de camions ou même dans la mise en service de trois nouveaux traversiers.

Il a aussi évoqué les projets de distribution de gaz naturel sur la Côte-Nord et en Gaspésie.

Mais du même souffle, M. Couillard qu'il faudra aussi apprendre à se passer éventuellement du gaz naturel, dont le Québec est un important consommateur. Les Québécois sont même indirectement propriétaires de la société Gaz Métro, par l'entremise de la Caisse de dépôt.

Or dans un horizon de 35 ans qui «passe assez vite», le gaz naturel, comme les autres énergies fossiles, devra pratiquement disparaître du bilan de consommation du Québec.

«C'est un élément de transition dans l'objectif qu'on a de presque "décarboniser" complètement (l'économie)», a-t-il dit dans un point de presse au Centre des sciences de La Villette, à Paris.

Le Québec doit ainsi se conformer aux objectifs d'un protocole auquel il adhère, le Under 2 MOU. En vertu de ses dispositions, les États signataires doivent réduire de 80 à 95 % leurs émissions de gaz à effet de serre sous leur niveau de 1990, pour en arriver à l'équivalent de 2 tonnes par habitant par année.

M. Couillard a d'ailleurs participé, dimanche, à une cérémonie de signature de nouveaux adhérents à ce protocole, à la résidence de l'ambassadrice des États-Unis à Paris.

Décarboniser l'économie

Le premier ministre soutient qu'il sera possible de décarboniser l'économie grâce aux avancées technologiques, qu'on a tendance à sous-estimer.

«À partir du moment où on a tourné le dos à la vapeur, la technologie a avancé beaucoup plus vite que prévu. Même chose pour l'informatique. (...) Projetons-nous dans 10-15 ans, il y aura encore plus de changements, de solutions pratiques pour les citoyens.»

Le gouvernement Couillard a fixé dans son plan sa propre cible de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) à 37,5 % sous le niveau de 1990, d'ici à 2030.

Le Québec a réussi à diminuer ses émissions de GES de 8 % par rapport à leur niveau de 1990, en 2012, surpassant de 2 % l'objectif de réduction qu'il s'était fixé à cet horizon.

Pour 2020, le Québec s'est donné l'objectif de réduire ses émissions de GES de 20 % sous leur niveau de 1990.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer