Brome-Missisquoi conservera son CLD

Le préfet de la MRC de Brome-Missisquoi, Arthur... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Brome-Missisquoi, Arthur Fauteux

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Contrairement à plusieurs autres MRC au Québec, Brome-Missisquoi conservera son Centre local de développement.

Le conseil des maires a statué la semaine dernière que le CLD continuera d'opérer dans sa structure actuelle.

Il poursuivra son mandat d'aide aux entreprises, au développement de l'emploi dans les domaines industriel, touristique, culturel, agroalimentaire et de l'entrepreneuriat, apprend-on par voie de communiqué. L'organisme conservera aussi la responsabilité de gérer deux programmes de capital de risques, soit le Fonds local d'investissement et le Fonds local de solidarité.

La réflexion des maires au sujet de l'avenir du CLD est en cours depuis près d'un an. L'année dernière, à pareille date, le gouvernement du Québec déposait le projet de loi 28 sur l'équilibre des finances publiques. Cette loi proposait l'abolition d'organismes et de structures parapubliques, dont les conférences régionales des élus et les CLD, pour permettre à l'État d'économiser 200 millions de dollars, dont 72 millions pour les CLD.

Pour le CLD Brome-Missisquoi, la perte de subventions du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire totalisait 210 000$.

La loi a été adoptée au printemps dernier.

Entre-temps, plusieurs MRC, principales bailleuses de fonds des CLD, ont choisi de les fermer et de s'occuper elles-mêmes des services offerts aux entreprises. C'est le chemin que la MRC de la Haute-Yamaska a pris.

Le CLD Brome-Missisquoi a cependant été restructuré. Le directeur général Mario Thibeault a été mis à pied et son poste aboli. Le directeur général de la MRC, Robert Desmarais, a hérité de la responsabilité d'administrer l'organisme. Le poste d'agent de développement culturel, vacant à ce moment-là, a aussi été aboli.

«En maintenant les services de notre CLD avec un cadre financier à la hauteur des moyens des municipalités, les maires de la MRC ont pris une sage décision pour le développement économique de toute notre région», a dit le préfet de la MRC, Arthur Fauteux.

Le CLD saura dans trois semaines quel budget la MRC lui consentira pour 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer