La Bourse de New York termine en forte hausse

La Bourse de New York a terminé en... (Bloomberg)

Agrandir

La Bourse de New York a terminé en forte hausse jeudi, s'enthousiasmant pour des résultats d'entreprises moins mauvais qu'attendu et emboîtant le pas aux Bourses française et allemande.

Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé en forte hausse jeudi, s'enthousiasmant pour des résultats d'entreprises moins mauvais qu'attendu et emboîtant le pas aux Bourses française et allemande soutenues par la Banque centrale européenne: le Dow Jones a gagné 1,87 % et le Nasdaq 1,65 %.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 320,55 points à 17.489,16 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 79,93 points à 4.920,05 points.

L'indice élargi S&P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, a gagné 1,66 %, soit 33,57 points, à 2.052,51 points.

Plusieurs analystes ont noté que la Banque centrale européenne (BCE) avait encouragé les investisseurs à acheter: elle a certes laissé ses taux inchangés jeudi, mais son président Mario Draghi a assuré que «le degré d'assouplissement de la politique monétaire» serait réexaminé en décembre, et qu'il envisageait «tous les instruments de politique monétaire» pour soutenir l'économie.

«Aussi longtemps que le spectre de l'assouplissement quantitatif sera là, on verra des marchés d'actions européens solides, et par extension de la solidité dans les actions aux États-Unis, hors santé (ndlr: le secteur a été le seul à reculer jeudi, à hauteur de -0,54 %), (...) même avec un dollar plus fort», a assuré Michael James, chez Wedbush Securities.

Par ailleurs, les investisseurs américains pouvaient aussi se réjouir du fait que les inscriptions hebdomadaires au chômage restent proches de leur plus bas niveau depuis 42 ans, ou que les reventes de logement ont progressé plus que prévu en septembre, ce qui a conduit les économistes de Barclays à relever légèrement leur estimation de la croissance du troisième trimestre.

Par ailleurs, M. James a souligné que les indices avaient bénéficié de la hausse très forte de plusieurs grosses valeurs des indices ayant publié des résultats sinon tout à fait satisfaisants, du moins mauvais qu'on ne pouvait le craindre.

«Nous sommes dans un climat où il est difficile de trouver des choses qui vont bien, et quand il y en a il y a beaucoup de demandes pour ces titres», a-t-il souligné, en mentionnant particulièrement des valeurs de la technologie (+2,36 % pour l'ensemble du secteur), ou McDonald's (+8,12 % à 110,87 dollars).

La tendance pourrait se confirmer vendredi, au vu du bon accueil réservé dans les premiers échanges électroniques aux résultats des trois titans que sont Alphabet (Google), Microsoft ou encore Amazon, publiés après la clôture.

Le marché obligataire a très légèrement progressé. Le rendement des bons du Trésor à dix ans a reflué à 2,022 %, contre 2,028 % mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,860 % contre 2,867 % auparavant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer