Chez l'Épicier no 288 à Palm Beach : le rêve américain de Laurent Godbout

Le chef Laurent Godbout (ici photographié à l'Attelier... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le chef Laurent Godbout (ici photographié à l'Attelier Archibald, son resto de Granby) a ouvert les portes de son nouvel établissement hier soir.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) C'était soir de grande première, hier, pour Laurent Godbout et son équipe. Quelques dizaines d'invités triés sur le volet ont découvert le décor et le menu inédits de Chez L'Épicier, version Palm Beach. Un rêve devenu réalité pour le chef québécois, aussi propriétaire de l'Attelier Archibald à Granby.

Joint dans les heures précédant l'ouverture officielle de son nouveau bébé dans cette station balnéaire huppée de la Floride, Laurent Godbout tenait le coup. «C'est le 10e restaurant qu'on ouvre, je commence à avoir de l'expérience. Mais c'est quand même stressant!»

Le cuisinier/homme d'affaires a consacré des mois à ce projet l'obligeant à être très présent à Palm Beach, à deux pas de Miami. Le temps de dénicher le local idéal, de faire la demande de permis d'alcool, de superviser la construction... et de gérer le long chapelet de procédures administratives. «Ici, un permis d'alcool coûte entre 100 000 $ et 500 000 $ selon les secteurs. On a réussi à trouver le permis d'un autre restaurant», commente-t-il. Pour s'établir, il lui a fallu un an de démarches avec la Ville, un an à fouler des terres pas toujours connues, avoue Laurent Godbout.

Quant au local, le chef et sa conjointe - engagée elle aussi activement dans le projet - y ont décelé un potentiel énorme. Vide depuis sept ans, l'endroit était situé sur un coin de rue et possédait une belle fenestration. Le couple y voyait une certaine ressemblance avec Chez L'Épicier de Montréal. «On a cherché ailleurs, mais c'est lui qui nous intéressait. Ce local est magnifique», dit-il.

Le résultat final évoque l'ambiance «bord de mer chic» des Hamptons, avec beaucoup de crème, de vert et de bleu. Godbout a sciemment choisi de baptiser l'établissement Chez L'Épicier, comme celui qu'il possède depuis des années dans le Vieux-Montréal. Parce que les gens du grand Miami adorent les termes français et pour se démarquer du lot, note-t-il.

Cuisine moderne

Côté menu, l'inspiration montréalaise n'est jamais bien loin. «C'est une cuisine moderne. On a rapatrié quelques-uns de nos classiques, comme les macarons et le club-sandwich au chocolat. On offrira même de la poutine, car les gens nous le demandent.» Fidèle à la réputation de Godbout, la carte promet des produits locaux et des créations inattendues, comme le «cheese-cake» à l'avocat, à la fève tonka et à l'ananas. Ou, attention, le cocktail à base de cognac Louis XIII, de truffes et de feuilles d'or... à 350 $!

«On veut surprendre les gens, mais on ne veut pas non plus leur faire peur. Il y a aussi des snacks à 5 $», affirme celui qui a emmené au soleil deux collègues montréalais pour la gestion du restaurant et la pâtisserie.

En tout, la «petite» équipe de Chez L'Épicier no 288 (c'est le numéro de porte) compte entre 12 et 15 personnes en salle à manger et huit en cuisine.

Le temps de tout mettre en place, l'endroit n'accueillera pas plus de 60 clients à la fois. Mais le grand livre des réservations commence déjà à se remplir, se réjouit Laurent Godbout. «Juste pour l'ouverture, on a refusé au moins 300 personnes.»

Avec un tel potentiel - 220 000 touristes sont de passage sur l'île de Palm Beach chaque année -, Laurent Godbout n'a pas fini de faire des allers-retours entre la Floride et le Québec!

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer