Au coeur de la nature à deux pas de la ville

D'une superficie de 4,6 kilomètres, le réservoir Choinière... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

D'une superficie de 4,6 kilomètres, le réservoir Choinière est un grand terrain de jeux pour ceux qui adorent les sorties sur l'eau et la pêche.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) Les amateurs de plein air sont servis à souhait dans la région avec des pistes cyclables, des parcs, des montagnes et des attractions de tout genre. Pourquoi ne pas faire des lacs votre terrain de jeux cet été? La Voix de l'Est vous invite à naviguer avec nous pour découvrir - ou redécouvrir -de véritables coins de paradis aquatiques où vous aurez de quoi vous amuser.

Naviguer au coeur de la nature et d'une végétation luxuriante. Voilà ce que propose le réservoir Choinière à Roxton Pond.

D'une superficie de 4,6 kilomètres, le réservoir est un grand terrain de jeux pour ceux qui adorent les sorties sur l'eau et la pêche. Accessible par le Parc national de la Yamaska ou sa rampe de mise à l'eau du chemin Brosseau, le plan d'eau a été créé en 1977 lors de la construction du barrage pour combler un besoin d'approvisionnement en eau à Granby.

«Certains se souviendront que l'eau n'a pas toujours coulé à flots dans les années 50, 60 et même 70. Il y a eu de graves problèmes d'approvisionnement à Granby et ça pesait même très lourd sur le développement de la ville à ce moment-là», explique Alain Mochon, responsable du service de la conservation et de l'éducation au parc.

Un débit constant est maintenu afin que le réservoir Lemieux, où l'eau distribuée aux Granbyens est puisée, soit toujours à flots.

Situé dans les basses terres appalachiennes dotées d'une topographie vallonneuse, le réservoir Choinière offre un paysage à couper le souffle, tantôt avec une vue sur les montagnes, tantôt sur les bandes riveraines luxuriantes. L'étendue d'eau est entourée de milieux forestiers et de végétation.

En se dirigeant vers l'embouchure de la rivière Yamaska, dans le secteur Savage-Mills, les rives se rapprochent et nous donnent l'impression de naviguer dans un entonnoir.

«On a l'impression de se sentir entouré de verdure, décritM. Mochon. On a vraiment l'impression d'être dans un grand milieu naturel, mais on est à deux pas des milieux urbains et d'une occupation du territoire assez importante.»

La faune est aussi présente. Un aigle à tête blanche a d'ailleurs été observé par La Voix de l'Est.

Au moment de prendre votre pause, vous pouvez accoster votre embarcation près de la plage du parc. Les berges vous offrent aussi la possibilité de vous arrêter à plusieurs endroits, notamment sur une plage sablonneuse ou sur de grands rochers sur le rivage.

Le réservoir est d'une grande tranquillité. Seule l'utilisation de moteurs électriques pour les chaloupes est permise. Pédalo, planche à pagaie, canot, kayak et rabaska peuvent y naviguer.

Un projet pilote permet de louer du jeudi au dimanche canots et kayaks à la rampe de mise à l'eau, tandis que la location de tout type d'embarcations est possible à quelques pas de la page du parc, sept jours par semaine.

Qualité de l'eau

Le défi principal auquel font face les gestionnaires du réservoir Choinière est la préservation de la qualité d'eau. Des épisodes d'algues bleu-vert sont survenus à différents moments au cours de la dernière décennie et leur présence empêche tout contact direct avec l'eau.

Il leur est impossible de contrôler les activités qui se pratiquent sur les 130 kilomètres composant le bassin versant et qui peuvent avoir un impact sur l'eau coulant jusqu'au réservoir, que ce soit les usages humains, l'agriculture et l'urbanisation, explique M. Mochon.

Les gestionnaires misent sur la sensibilisation et l'information, notamment avec la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska, la fondation CITIE et Nature Action Québec avec le projet de ceinture verte du parc national.

«Ça vise principalement l'enjeu de qualité de l'eau, mais aussi les corridors forestiers, les milieux naturels, l'interrelation entre les forêts du parc, les forêts extérieures au parc, explique Alain Mochon. On fait un travail de sensibilisation qui va au-delà du parc.»

Bon à savoir

-Accessible par l'entrée principale du Parc national de la Yamaska sur le boulevard David-Bouchard et à la rampe de mise à l'eau dans le chemin Brosseau ($)

-Stationnement, toilettes, cantine ($)

-Location d'embarcation ($)

-À proximité : plage, camping, jeux d'eau, piste cyclable, sentiers de randonnée, aire de pique-nique

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer