Lac Davignon: un bijou au coeur de la ville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les amateurs de plein air sont servis à souhait dans la région avec des pistes cyclables, des parcs, des montagnes et des attractions de tout genre. Pourquoi ne pas faire des lacs votre terrain de jeux cet été? La Voix de l'Est vous invite à naviguer avec nous pour découvrir - ou redécouvrir -de véritables coins de paradis aquatiques où vous aurez de quoi vous amuser.

«C'est un bijou! C'est la villégiature en pleine ville avec une rivière qui traverse un centre-ville, ce qui est rare. C'est doublement précieux parce que c'est notre réserve d'eau», décrit Arthur Fauteux, maire de Cowansville.

D'une superficie de 9,7 hectares, le lac Davignon a de quoi faire des jaloux. On peut notamment y accéder par le centre de la nature ou via un débarcadère en bordure de la rue Désourdy pour ceux qui possèdent leur embarcation.

En pagayant sur ce lac, on a l'impression de se promener d'une petite baie à l'autre. De celle près de la plage du parc de la nature à celle près de la rue Principale, par exemple. En s'éloignant en direction de Lac-Brome, le paysage est moins urbain, mise à part une poignée de résidences qu'on peut voir.

La végétation est omniprésente. Plusieurs endroits sont de très beaux prétextes à une pause pour pique-niquer, notamment au centre de la nature où des tables sont à notre disposition en marchant un peu. Sinon, les berges permettent aux plaisanciers d'effectuer un petit arrêt les deux pieds sur terre, mais à deux pas de l'eau.

Ceux qui veulent s'aventurer plus loin peuvent même naviguer en direction de West Brome en empruntant la rivière Yamaska. Ce secteur n'est accessible que lorsque le niveau de l'eau est élevé, soit au printemps ou à la suite de fortes pluies. Sinon le niveau de l'eau n'y est pas suffisant pour permettre la navigation.

L'absence de bateaux à moteur explique la quiétude et la tranquillité qui règnent sur les eaux du lac catégorisé régional. Toutes les autres embarcations sont en revanche les bienvenues. Il est possible de louer pédalo, canot, kayak, planche à pagaie et même un rabaska au centre de la nature, à des tarifs horaires variant entre 10$ et 25$. Ceux qui possèdent leur propre embarcation peuvent opter pour la mise à l'eau via la rue Désourdy.

Avis à ceux qui aiment taquiner le poisson, on peut même y pêcher!

Santé du lac

L'accès au lac ainsi qu'au centre de la nature est gratuit. Et les élus n'ont pas l'intention d'exiger une contribution financière. «L'accessibilité pour notre monde et celui de la région aussi est importante. (...) Ça appartient à tout le monde et on y tient», dit M. Fauteux.

Comme tout être vivant, le lac vieillit. «Il vieillit bien, mais il ne faut rien tenir pour acquis, poursuit le maire. L'épaisseur des sédiments qui vient modifier la profondeur lors de chaleurs, ça pose problème. Il y a des années où il y a eu des cyanobactéries à la fin de la saison», explique le maire.

Les berges sont toutefois bien protégées, enchaîne-t-il. C'est d'ailleurs pour cette raison que la végétation est si dense autour du lac. «C'est remarquable comment les gens sont très volontaires et qu'on n'a pas de difficultés pour protéger les berges.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer