Plage de Waterloo: un trésor à découvrir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) La plage de Waterloo est encore aujourd'hui un trésor méconnu. Situé en retrait du centre-ville, tout au bout de la rue du Lac, le site vaut pourtant le détour.

Car le principal atout de ce parc, c'est le plan d'eau, pas très grand, pas très creux, mais joliment serti dans son écrin de verdure, offrant une vue sur le mont Shefford et le mont Brome.

Souvent victime des algues bleues, le lac Waterloo en est exempt cet été. Une véritable bénédiction pour la municipalité et les amoureux d'activités nautiques.

«Le lac attire les gens. Et la plage est d'abord un endroit familial. Les touristes à vélo s'arrêtent aussi ici pour se reposer et pique-niquer», laisse entendre le coordonnateur aux loisirs de la Ville de Waterloo, Philippe St-Denis.

On l'appelle la plage, bien qu'il s'agisse en fait du parc de la plage, l'aire de sable elle-même étant limitée. On s'y rend bien sûr pour la baignade, mais pour une foule d'autres raisons, comme la descente pour les embarcations à moteur, le volley-ball, les pique-niques, les modules de jeux, les jeux d'eau, les quais pour la pêche et la location de kayaks.

Laissé à l'abandon dans les années 70, le terrain était en friche, bien qu'on y prenait déjà des échantillons d'eau. L'aménagement a débuté la décennie suivante, sous l'ère du maire Maurice Dupuis, notamment grâce à des subventions et à un projet impliquant de jeunes chômeurs. Après une période de «dormance», le parc a connu un développement accéléré au début des années 2000, par l'ajout d'équipements de loisirs et de mobilier urbain.

La municipalité de Waterloo est d'ailleurs en processus d'achat, au montant de 95 000$, de deux terrains adjacents au site. D'une superficie totale de 22 000 pieds carrés, cet espace sera utilisé pour maximiser le stationnement, explique le maire Pascal Russell, mais devrait éventuellement permettre l'agrandissement de la portion parc.

«C'est l'un des endroits auquel le conseil municipal accorde une attention particulière. Les élus ont le désir de le maintenir en bon état. Et ça a toujours été une volonté de la Ville que l'accès soit gratuit», souligne M. St-Denis.

Potentiel

Ce dernier avoue cependant que le site de la plage pourrait être davantage utilisé par les Waterlois. Les fins de semaine d'été, plusieurs personnes s'y rendent pour s'offrir du bon temps, se rafraîchir et partager des repas familiaux, mais il serait possible de le dynamiser davantage, estime-t-il.

Outre l'événement Touskisram, qui s'est tenu le week-end dernier, et les BBQ du vendredi soir au profit de la Légion royale canadienne, les activités demeurent assez limitées. «Beaucoup d'événements se tiennent un peu partout en ville. Mais on demeure grand ouvert aux organismes qui souhaitent organiser quelque chose à la plage», note le coordonnateur.

Ce n'est pourtant pas l'action qui manque. Le club d'aviron de Waterloo a établi ses quartiers à la plage municipale. On y a installé le hangar tout neuf pour entreposer les longues embarcations. C'est aussi à partir de la plage que les membres s'entraînent.

Les usagers de la plage remarqueront aussi cet été la présence des jeunes de la maison L'Exit. Ceux-ci veillent à l'entretien général du site, au désherbage et à la location de kayaks.

Un kiosque de nourriture, aussi géré par L'Exit, pourrait éventuellement s'ajouter, indique M. St-Denis. Ce projet-pilote constitue, selon lui, une belle façon de s'assurer la collaboration des jeunes Waterlois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer