Nanobrasseurs en vogue!

Francis Richer, fondateur et président de L'annuel des... (Photo fournie par francis richer)

Agrandir

Francis Richer, fondateur et président de L'annuel des brasseurs amateurs québécois (LABAQ).

Photo fournie par francis richer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Le monde brassicole a le vent dans les voiles au Québec. Les consommateurs ont un penchant pour les bières de microbrasserie. Les amateurs de bière sont d'ailleurs nombreux à se lancer dans le brassage maison pour créer leur propre produit houblonné.

Il y a quelques années à peine, le brassage de la bière à la maison était pour ainsi dire marginal ou presque. Peu d'entreprises étaient spécialisées dans la vente des produits de brassage et les sites d'information pour nanobrasseurs étaient pratiquement tous d'outre-mer.

Depuis quelques années, souffle un vent de changements. «Tout le milieu de la bière grossit au Québec, affirme Francis Richer, fondateur et président de L'annuel des brasseurs amateurs québécois (LABAQ). Les gens s'intéressent de plus en plus au produit, à comment il est fabriqué.»

L'accessibilité aux informations, via des sites québécois entre autres, et la vente de produits dans bon nombre d'entreprises facilitent la vie à ceux qui veulent brasser de la bière de façon artisanale. «C'est rendu assez accessible. On peut commencer avec presque pas d'équipement et brasser avec des kits préparés. Ce qui est merveilleux avec le brassage maison, c'est que tu peux faire exactement la bière que tu recherches . C'est ce qui fait triper les gens», estime M. Richer.

Des conseils d'une valeur inégalée

La première étape à franchir pour un futur brasseur est d'effectuer des recherches, des lectures pour approfondir ses connaissances. «Une bière ce n'est pas si compliqué, mais ça prend une base sinon ça peut devenir n'importe quoi», affirme Maxime Cloutier, un des organisateurs de LABAQ et responsable du multimédia.

Avant de se lancer dans la production, mieux vaut dénicher quelques trucs en accompagnant un nanobrasseur, suggère-t-il. «Je conseille aux gens de trouver un brasseur amateur dans leur famille et leur groupe d'amis et d'offrir de l'aider. C'est en sautant dedans qu'on apprend! , dit-il. Les brasseurs ermites qui font de la bonne bière il y en a, mais c'est la minorité.»

Ceux qui se lancent dans le brassage maison doivent débourser une centaine de dollars pour commencer à brasser la bière. Les prix peuvent grimper à quelques centaines de dollars, voire même aller dans les quatre chiffres. «C'est le genre de passe-temps qui va aussi loin que vous voulez que ça aille», dit M. Cloutier, qui est consultant en microbiologie et en contrôle de la qualité, notamment à la Brasserie Dunham.

Même si la bière est brassée dans le confort de leur maison, les possibilités sont aussi grandes sinon plus qu'en industrie. «Il est possible de brasser toutes les sortes de bières à la maison. Même que dans bien des cas, des bières qui sont compliquées à faire en industrie sont plus faciles à faire à la maison. Les brasseurs maison peuvent se permettre de faire des bières qui ne seraient absolument pas viables dans une brasserie», mentionne M. Cloutier.

Des gagnants chez les grands

LABAQ, qui est en fait un concours s'adressant aux brasseurs amateurs, est à même de constater l'engouement pour le brassage amateur. À sa première édition, une centaine de participants étaient inscrits. Le nombre a grimpé à 150 l'an passé. «Et cette année, il y a presque 250 participants, dit M. Richer, qui est brasseur professionnel chez Glutenberg depuis un an. Ça grossit assez vite.»

«C'est plus un événement basé sur les rencontres qu'un concours comme tel. C'est un événement où tous les brasseurs se réunissent la même journée. Les brasseries qui nous supportent sont là», précise M. Cloutier.

Les gagnants du concours ont la chance que leur produit soit brassé dans l'une des brasseries commerciales associées à LABAQ. La Brasserie Dunham, La Memphré, Le loup rouge, Le Castor et la microbrasserie des Beaux Prés sont partenaires du concours cette année.

LABAQ a aussi décidé, à la suite de demandes répétées, d'offrir une formation s'adressant aux futurs nanobrasseurs pour leur fournir les outils et conseils de base avant de se lancer dans la fabrication maison de bière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer