Le Tour du silence de retour le 17 mai

Le président des Cyclones de Granby, Guy Racine,... (Alain Dion)

Agrandir

Le président des Cyclones de Granby, Guy Racine, et le député de Granby, François Bonnardel, qui agit à titre de président d'honneur du Tour du silence, invitent les citoyens à prendre part à ce parcours cycliste dans les rues de Granby, le 17 mai, pour promouvoir le partage de la route.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) « Il y a un cycliste sur le vélo. C'est une personne humaine. Un père de famille, un frère, une soeur. Le message qu'on veut véhiculer, c'est qu'on est des humains, qu'on tient à la vie. »

C'est un véritable cri du coeur qu'a lancé le président du club cycliste les Cyclones de Granby, Guy Racine, lundi, en invitant la population à participer au Tour du silence. Ce parcours salue la mémoire des cyclistes décédés, mais a également pour but de promouvoir­ le partage de la route. 

« C'est important de souligner ceux qui ont perdu la vie dans les dernières années. On a qu'à se souvenir de la cycliste sur le boulevard Pierre-Laporte... On voudrait une région qui ne subit aucun accident cette année », affirme le député de Granby, François Bonnardel, qui sera à nouveau président d'honneur de l'événement présenté le 17 mai. 

Celui-ci est ouvert à tous, y compris les familles. Le départ sera donné à 16 h au parc Daniel-Johnson. Sous escorte policière, les cyclistes feront le tour de la ville, un parcours d'une vingtaine de kilomètres, à une vitesse de 17 km/h. Habituellement, entre 150 et 200 participants répondent à l'invitation. Le port du casque de sécurité est obligatoire.

Le partage de la route, bien qu'il soit de plus en plus respecté, n'est pas une notion intégrée par tous les automobilistes. « Le message passe, mais il y a encore des gens qui n'ont pas compris la façon dont ça fonctionne et les risques encourus si on frappe un cycliste », relate M. Racine. 

La nouvelle loi, en vigueur depuis 2016, prévoit qu'un véhicule doit conserver une distance sécuritaire de 1,5 mètre avec un cycliste sur une route où la limite de vitesse est de 50 km/h ou plus. Cette distance diminue à un mètre lorsque la limite de vitesse est inférieure à 50 km/h. Le Code de la sécurité routière permet au conducteur de franchir la ligne continue pour dépasser un cycliste s'il peut le faire sans danger. 

Le député de Granby a d'ailleurs obtenu du ministère des Transports l'installation de six pancartes, notamment aux entrées et sorties de la circonscription, pour rappeler­ ces principes. 

« Tu vois des gens qui sont bien au courant de la façon de procéder lors d'un dépassement, constate M. Racine. Malheureusement, il y a un 25 %, soit par ignorance ou par frustration, qui ne se tassent tout simplement pas. Je trouve ça pathétique. C'est des humains qui sont sur le bord de la route. »

Les cyclistes aussi 

Le partage de la route incombe également aux cyclistes. « Oui, les cyclistes ont leur code de sécurité à appliquer, on n'est pas blancs comme neige. Nous aussi, des fois, notre stop n'est pas celui que les automobilistes voudraient voir. On a autant de travail à faire de notre côté. Mais les automobilistes ont une masse plus importante de 1000 kilos qui est plus dommageable qu'un vélo avec un homme, une femme ou un enfant dessus », dit le député. 

Le président du club cycliste assure qu'à chaque sortie, un rappel du Code de la sécurité routière est fait aux membres. « Il y a 25 % des automobilistes et il y a 25 % des cyclistes qui n'ont pas compris le message que le respect doit être mutuel », dit M. Racine. 

Le député de Granby est persuadé que ce partage de la route, « on va y arriver ». « C'est une culture qu'on a à découvrir, à gagner, à comprendre », estime-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer