Frères du Sacré-Coeur: le nombre d'agresseurs potentiels double

L'initiateur de la requête est un homme de... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'initiateur de la requête est un homme de 56 ans qui soutient avoir été violé à plus de 300 reprises pendant qu'il était pensionnaire au Collège Mont-Sacré-Coeur au cours des années 1970.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) La liste des présumés frères pédophiles ayant sévi au Collège Mont-Sacré-Coeur de Granby dans les années 50 à80 a doublé en moins d'une semaine, passant de six à près d'une douzaine. «C'est un dossier qui progresse très rapidement. C'est extrême», a confié à La Voix de l'Est Me Robert Kugler, qui pilote le recours collectif avec deux procureurs du cabinet Kugler Kandestin.

Me Robert Kugler pilote le recours collectif avec... (Tirée d'Internet) - image 1.0

Agrandir

Me Robert Kugler pilote le recours collectif avec deux avocats du cabinet Kugler Kandestin.

Tirée d'Internet

D'entrée de jeu en entrevue, l'avocat a fait le parallèle avec le dossier des prêtres rédemptoristes du Séminaire Saint-Alphonse de Québec. «Dans le cas des Rédemptoristes, on a commencé par un abuseur [sic] et ça a augmenté à une dizaine. Mais ça s'est fait sur quatre ans. Dans le cas [du Collège Mont-Sacré-Coeur], on parle de près d'une douzaine de frères agresseurs en à peine quelques jours. C'est exponentiel.»

En fait, une centaine d'anciens étudiants victimes des prêtres pédophiles rédemptoristes se sont partagé 20 M$, au terme d'une longue bataille judiciaire. Il s'agit du plus gros montant versé dans ce type de dossier à travers la province. Les abus sexuels s'étaient échelonnés entre 1960 et 1987.

En ce qui concerne les présumées victimes des frères pédophiles à Granby, rappelons qu'une demande de recours collectif a été déposée à la Cour supérieure le 7 octobre. D'ailleurs, le téléphone ne dérougit pas depuis le jour un, a réitéré Me Kugler. «À ce jour, nous avons plus de 30 victimes. Ça continue d'augmenter chaque heure.»

L'initiateur de la requête est un homme de 56 ans qui soutient avoir été violé à plus de 300 reprises pendant qu'il était pensionnaire au Collège Mont-Sacré-Coeur au cours des années 1970. Les agressions sexuelles auraient été commises par le frère Claude Lebeau, de trois à six fois par semaine durant deux ans. La présumée victime était alors âgée de 13 à 15 ans.

La poursuite réclame 1,2 M$ en dédommagement. Les intimés dans le dossier sont les Frères du Sacré-Coeur, le Collège Mont Sacré-Coeur de Granby, la Corporation Maurice-Ratté et les oeuvres Josaphat-Vanier.

Les frères ont été à la tête de l'établissement d'enseignement de 1932 à 2004. Depuis, la direction est laïque. La congrégation est actuellement locataire d'une partie de l'immeuble. Plus aucun frère n'y enseigne depuis des années.

Intervenant en soins spirituels

Claude Lebeau a quitté la congrégation des Frères du Sacré-Coeur en 1997. Or, après son départ de Granby, M. Lebeau a oeuvré au sein du diocèse de Valleyfield, entre autres comme agent de pastorale jusqu'en 2010.

L'ex-Frère du Sacré-Coeur travaillait jusqu'à tout récemment comme intervenant en soins spirituels dans des établissements de santé de la Rive-Sud de Montréal, notamment à l'hôpital Anna-Laberge de Châteauguay, a dévoilé en primeur le journal.

De son côté, la conseillère aux communications du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Ouest, Jade St-Jean, a confirmé que Claude Lebeau «est un employé de l'établissement [CISSS]. Il ne travaille pas actuellement.» Elle a par la suite souligné que le présumé agresseur «travaillait uniquement auprès des personnes âgées».

La Voix de l'Est a retrouvé l'ex-frère vendredi dernier. Se disant bien au fait des agressions qui lui sont reprochées, il a été avare de commentaires. «Je ne souhaite pas vous parler pour le moment. Je vais passer par un avocat pour tout ça», s'est-il contenté de dire lors d'un bref entretien téléphonique.

Alias

Un homme, qui a préféré garder l'anonymat, nous a contactés, affirmant être un ancien étudiant de Claude Lebeau au Collège Mont-Sacré-Coeur. Il tenait à spécifier que des frères qui y ont enseigné fonctionnaient avec des pseudonymes.

«Dans le temps, on attribuait un autre nom aux frères. Dans le cas de Claude Lebeau, on l'appelait frère Gatien, a indiqué l'homme de 68 ans. Ce serait bien que le public le sache et que les victimes puissent faire le lien.» Selon Me Kugler, cette information aurait été corroborée par plusieurs présumées victimes du frère Lebeau.

Par ailleurs, toute personne ayant été agressée par un membre d'une communauté religieuse peut communiquer avec le Comité des victimes de prêtres à l'adresse info@victimedepretre.org. Dans la région, les hommes ayant subi des abus sexuels peuvent obtenir du soutien via l'organisme Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska en signalant le 450-777-6680.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer