Des coureurs au grand coeur

Les 130 participants de l'événement Courir 6h En... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les 130 participants de l'événement Courir 6h En Coeur ont couru ou marché à relais sur une boucle de 1,5 kilomètre au parc Daniel-Johnson, à Granby, samedi.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Cent trente participants ont pris part samedi au parc Daniel-Johnson à Courir 6 h En Coeur, une course à relais organisée au profit de la Fondation québécoise pour les enfants malades du coeur. L'événement signature de la fondation, créé il y a trois ans, était de retour pour une deuxième année à Granby.

Les participants étaient libres de marcher ou de courir à relais sur un parcours de 1,5 kilomètre. Chaque équipe devait amasser un minimum de 700$.

«Six heures, c'est le temps moyen d'une opération à coeur ouvert, explique la directrice générale de la fondation, Sylvie Gérin-Lajoie. Chaque équipe est jumelée à un enfant malade du coeur. Les familles se joignent d'ailleurs à nous [dans les dernières heures] et elles voient quelle équipe court pour leur enfant.»

La rencontre entre les familles et l'équipe qui parraine leur enfant représente un moment émouvant, selon le Dr Frédéric Dallaire, cardiologue pédiatre au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et coprésident d'honneur de la course. «Ça donne le goût de faire un tour de plus!»

La fondation a pour rôle de donner un coup de main financier aux familles afin qu'elles puissent se concentrer sur la guérison de leur enfant atteint de l'une ou l'autre des 200 malformations cardiaques. «C'est souvent détecté avant la naissance avec l'échographie. Lorsque l'enfant nait, très, très souvent il va être opéré [après seulement] quelques jours, évoque Mme Gérin-Lajoie. Il y a des enfants qui naissent avec 3, 4 malformations différentes. Ils partent malchanceux, mais aujourd'hui le taux de décès est beaucoup moins élevé et on voit nos jeunes arriver à l'âge adulte.»

Il arrive que les parents doivent prendre un congé sans solde pour aller à tous les rendez-vous dans l'un des trois hôpitaux qui pratiquent des opérations à coeur ouvert chez un enfant, soit Sainte-Justine, l'hôpital Montréal pour enfants et le Centre mère-enfant à Québec. Or, les enfants cardiaques n'habitent pas seulement dans ces deux régions et peuvent venir de loin.

«On est là pour les aider au niveau de coupons repas à l'hôpital, on paie l'hébergement parce qu'ils doivent souvent se rendre dans les trois grands centres, on paie les déplacements, ajoute la directrice générale de la fondation. On vient les aider sur une base financière parce que ce n'est absolument pas facile.»

Au-delà de 450 familles reçoivent chaque année l'aide de la Fondation québécoise pour les jeunes malades du coeur.

Grandir et s'épanouir

Au fil du temps, les gens de la fondation ont eu l'occasion de voir grandir et s'épanouir ces enfants qui, si on exclut les suivis médicaux, mènent une vie tout à fait normale. Une jeune adolescente qui a reçu des soins, enfant, se trouvait d'ailleurs sur la piste de course avec son équipe.

«On a de très beaux témoignages, c'est extraordinaire, commente Mme Gérin-Lajoie. Les parents, on les aide quand ils sont au début de la vingtaine et ils reviennent nous aider après quand ils ont 30 ans, 40 ans et qu'ils ont plusieurs enfants. Il y en a aujourd'hui (samedi)! Après avoir reçu, ils redonnent.»

«C'est sûr que ça fait chaud au coeur, renchérit le Dr Dallaire, qui comptait courir 42,2 km durant l'événement. Quand on est dans le besoin et qu'on en bénéficie, on est content. Dans le bout où ça va mieux, de se rappeler qu'il y en a d'autres dans le besoin, c'est de la belle générosité.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer