Canac à Granby: les résistants de la rue Yvon

Mario Duquette a refusé de vendre sa propriété... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Mario Duquette a refusé de vendre sa propriété de la rue Yvon à Granby dans le cadre du projet d'implantation d'une succursale de la bannière Canac. Résultat: sa bâtisse commerciale qui abrite des mini entrepôts sera enclavée en quelque sorte par le stationnement du Canac.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Si tout se déroule comme prévu, la première pelletée de terre de la future succursale granbyenne de la bannière Canac sera donnée à la fin du mois ou à la mi-octobre. Mais le commerce devra composer avec la présence en bordure de son stationnement des mini-entrepôts de Mario Duquette, le seul propriétaire du petit segment de la rue Yvon qui a refusé de vendre sa propriété aux promoteurs du projet.

Canac devra composer avec la présence d'un immeuble... (Illustration tirée du site web du Groupe Quint) - image 1.0

Agrandir

Canac devra composer avec la présence d'un immeuble (zone encerclée) en bordure de son stationnement.

Illustration tirée du site web du Groupe Quint

«Les offres qu'on m'a faites sont ridicules», a laissé tomber vendredi Mario Duquette. «S'ils veulent qu'on s'en aille, il y a un prix pour», a-t-il ajouté d'un ton déterminé.

Selon lui, les négociations, menées en bonne partie par l'agent immobilier Pierre Bellefleur, n'ont pas permis d'en arriver à une entente. «J'étais prêt à vendre. Mais il y a des coûts pour se relocaliser. Et des endroits au même prix, avec les mêmes revenus, proche de l'autoroute, il n'y en a pas. (...) Et dans la dernière offre qu'ils m'ont faite, ils ne me donnaient que la valeur du terrain», déplore Mario Duquette, dont le commerce, Couvreur Duquette, est un des six locataires de ses mini entrepôts, rue Yvon.

Canac s'est porté acquéreur d'un vaste terrain situé dans le secteur de la rue Saint-Jude Nord. Chemin faisant, la bannière a aussi fait l'acquisition d'une poignée de propriétés situées d'un côté de la petite rue Yvon. Tous les autres propriétaires - certains de résidences, d'autres de commerces - ont accepté les offres qui leur ont été faites et ont déménagé au cours des derniers mois. Les avis de démolition ont, semble-t-il, été apposés sur les bâtisses au cours de l'été.

Mais les mini entrepôts de Mario Duquette resteront là, en bordure et enclavés d'une certaine façon par le stationnement de Canac. Au bout du compte, l'entrepreneur dit même se réjouir de la situation. «Mes locataires sont contents parce que le site va être plus sécurisé et mieux éclairé», dit-il.

Enclavé par le stationnement

Le président de Canac, Jean Laberge, a reconnu vendredi en entrevue à La Voix de l'Est que la présence des mini entrepôts «au travers du parking va faire drôle». Mais il semble s'être fait à l'idée. «Il n'a pas voulu vendre, mais j'ai assez d'espaces de stationnement. On ne mettra pas le projet à terre à cause de lui», a-t-il laissé tomber en faisant référence à Mario Duquette.

Selon M. Laberge, aucune clôture ne sera mise en place pour séparer la propriété de Mario Duquette de celle de Canac. «Ça ne lui fera pas loin pour magasiner chez-nous...», laisse-t-il tomber avec un brin d'amusement.

L'implantation d'une succursale de Canac à Granby représentera un investissement qui pourrait atteindre de 5,5 à 6 millions$ et créer de 80 à 85 emplois, avance le président de l'entreprise.

Ce dernier croit bien être en mesure d'obtenir son permis de construction à la fin de la semaine prochaine ou au début de la suivante. «Ça semble être sur la bonne voie», dit-il.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, les élus ont accordé deux dérogations mineures à Canac dans le cadre de ce projet.

«Si on est chanceux, j'aimerais que la première pelletée de terre soit donnée à la fin septembre ou à la mi-octobre. L'ouverture pourrait être au printemps», laisse savoir M. Laberge.

L'implantation de Canac s'inscrit dans un vaste projet commercial mené par le Groupe Quint de Brossard. Selon les plans disponibles sur le site web du promoteur, l'ajout de trois commerces, dont un restaurant, est également projeté dans le secteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer