À la défense des pitbulls

L'ancienne directrice de la SPA de Granby, Paule... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'ancienne directrice de la SPA de Granby, Paule Lafond-Martin.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Savary
La Voix de l'Est

(Granby) Paule Lafond-Martin en a gros sur le coeur. «Ayant travaillé longtemps avec les animaux, je trouve triste qu'on s'acharne sur une race en particulier [NDLR: les pitbulls], alors que des incidents déplorables pourraient impliquer un paquet d'autres races.»

Directrice de la SPA de Granby pendant plus de 30 ans, de 1976 à 2010, elle n'en peut plus de voir les pitbulls ainsi «ostracisés» en première page des journaux. «Je trouve quelquefois un peu aberrant ce que je lis au sujet des pitbulls. Cela reste des incidents isolés. On dirait qu'on veut les faire disparaître.»

Selon Mme Lafond-Martin, les pitbulls ne sont pas plus dangereux que d'autres races de chiens. «Bien éduqué, bien encadré, le pitbull est une excellente bête, douce avec les enfants.» «À la SPA, on en a eu des pitbulls. Sur le lot, il n'y en a eu qu'un avec lequel on ne pouvait rien faire.»

Killer

Dans les cas très médiatisés de Killer et Blanca, qui risquent d'être prochainement euthanasiés, Mme Lafond-Martin a préféré ne pas jeter de l'huile sur le feu. Elle considère qu'on ne doit pas généraliser sur le sort des pitbulls à partir de ces cas particuliers.

Selon elle, d'autres races de chiens, comme le berger allemand ou le Saint-Bernard, ont aussi en d'autres temps été désignées comme étant des races dont certains auraient voulu se débarrasser. Les petits chiens sont, selon elle, plus à risque de mordre que les pitbulls. «Demandez aux facteurs: ce sont ces chiens-là qui mordent le plus.»

Madame Lafond-Martin souligne qu'un ensemble de circonstances sont à l'origine des événements tragiques véhiculés dans les journaux.

Elle rappelle que le propriétaire est responsable de son chien, et qu'il doit en avoir le plein contrôle. Des règlements municipaux existent pour rappeler leurs devoirs aux propriétaires de chiens, et il faut s'assurer de les faire appliquer, selon elle.

L'ex-directrice indique que les laisses, qui sont souvent trop longues, empêchent d'intervenir à temps lorsque cela est nécessaire. Dans les cas de chiens potentiellement dangereux, des laisses courtes devraient permettre aux propriétaires de bien contrôler leur chien, particulièrement les pitbulls. Une meilleure éducation et un meilleur dressage permettraient aussi d'éviter que de tels comportements se produisent, souligne-t-elle. «On cible trop souvent la race», insiste cette spécialiste du monde canin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer