Attaque par une lionne: trois causes identifiées

Même si des améliorations ont déjà été apportées,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Même si des améliorations ont déjà été apportées, la direction évaluera si elle peut aller encore plus loin.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a identifié trois causes pouvant expliquer l'attaque d'une gardienne du Zoo de Granby par une lionne, le 8 août dernier.

Des visiteurs devant l'enclos des lions au Zoo... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Des visiteurs devant l'enclos des lions au Zoo de Granby.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Habituellement, au moment du repas des lions, les bêtes sont séparées, puis un morceau de nourriture est placé dans un enclos ou un transfert vide. Le félin est ensuite transféré dans cet espace et, une fois le repas terminé, ramené dans son enclos. La procédure est répétée pour chaque lion, explique la CNESST à la lumière des informations recueillies.

Le matin de l'accident, la gardienne est entrée dans un corridor de transfert pour y déposer la nourriture. Kao est sortie de son enclos par une trappe qui, par oubli, était demeurée ouverte. C'est à ce moment que l'attaque s'est produite, explique Nathalie Dufour, responsable des communications de la CNESST en Montérégie.

La jeune femme a lancé un appel à l'aide par radio à ses collègues, qui sont accourus pour lui prêter main-forte. Elle souffre entre autres d'une fracture cervicale, après avoir été mordue, et de lacérations importantes.

Heureusement, elle ne conservera pas de séquelles majeures de l'agression.

Elle a obtenu son congé de l'hôpital quelques jours plus tard et a rendu visite à ses collègues la semaine dernière. La direction du Zoo a fait savoir que la jeune femme a l'intention de revenir prochainement au travail.

Trois causes

Selon l'inspecteur de la CNESST qui mène l'enquête, la première cause d'accident est la présence de la gardienne dans le couloir de transfert, une étape nécessaire pour nourrir les lions.

La seconde est le fait qu'une trappe de transfert a été oubliée.

Finalement, la jeune femme a pénétré dans le couloir de transfert sans remarquer que la trappe en question était demeurée ouverte, énumère Nathalie Dufour.

Le Zoo appliquait déjà une politique de travail en sécurité auprès des animaux sauvages et des mesures de contrôle étaient en place pour en vérifier le respect. Au lendemain de l'accident, la direction avait déjà adopté des mesures supplémentaires pour renforcer la sécurité et éviter des erreurs de manipulation.

Un second gardien a ainsi été ajouté pour toute manoeuvre effectuée dans l'environnement des lions. Auparavant, «un seul s'assurait de faire la procédure de travail en entier. C'est certain que ça peut générer des erreurs humaines, comme ça a été le cas», signale Mme Dufour.

La direction du Zoo a également entrepris d'actionner toutes les manettes de fermeture de portes pour s'assurer qu'elles sont toutes fermées avant d'entrer dans le transfert. Cette opération s'ajoute à la vérification visuelle habituelle.

Le gardien doit tout de même continuer à entrer dans le corridor de transfert, mais les mesures ont ainsi été renforcées pour s'assurer qu'il ne reste pas de porte ouverte quand il y pénètre.

«Il faut comprendre que les procédures étaient déjà en place, indique Élaine Plamondon, directrice ventes, marketing et communications au Zoo de Granby. Un second gardien est présent pour qu'ils soient deux, ce qui assure un suivi de la procédure.»

Même si des améliorations ont déjà été apportées, la direction évaluera si elle peut aller encore plus loin. «On a toujours le goût de s'améliorer. On est une institution zoologique reconnue et on est à l'écoute», ajoute Mme Plamondon, se réjouissant du fait que la gardienne se porte bien.

La CNESST a complété son investigation. Les circonstances de l'accident demeurent à l'étude afin de déterminer si le Zoo recevra des constats d'infraction ou pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer