Val-des-Cerfs a des idées pour l'investissement dans les écoles

«Une école plus neuve n'améliore pas l'enseignement, mais... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Une école plus neuve n'améliore pas l'enseignement, mais ça ne peut pas nuire», dit le président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Val-des-Cerfs fera plusieurs suggestions à Québec en lien avec l'investissement de 553 M$ dans les écoles annoncé jeudi.

«On est en train de faire nos devoirs là-dessus, indique le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin, joint par La Voix de l'Est. On va avoir des choix à faire. Cinq ou six établissements répondraient aux critères. Mais je vais rester flou sur lesquels pour l'instant parce qu'on va en parler à la première rencontre des commissaires, mardi.»

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a dévoilé que 553 M$ supplémentaires seront injectés en 2016-2017 dans «la construction, l'agrandissement d'écoles et le réaménagement» ainsi que dans l'acquisition de bâtiments et d'équipement.

«Nous souhaitons permettre aux commissions scolaires de répondre, entre autres, aux besoins de modernisation des infrastructures ainsi qu'à la croissance de l'effectif scolaire», a dit le ministre lors d'une conférence de presse à Gatineau.

Plus près de nous, Val-des-Cerfs a, depuis plusieurs mois, déjà fait deux demandes qui pourraient être déposées à nouveau: une nouvelle école à Shefford et l'amélioration des locaux de mécanique au Centre régional intégré de formation, à Granby.

«Ce sont des endroits appelés à une certaine croissance, dit M. Sarrazin. C'est notre rôle, au conseil des commissaires, de bien connaître les enjeux.»

Vétusté

M. Sarrazin admet que les besoins de Val-des-Cerfs sont encore plus grands. «Quand je regarde une vieille école et celle des Bâtisseurs à Granby (NB: inaugurée en 2014), ça ne se compare pas! Je sais qu'une école plus neuve n'améliore pas l'enseignement, mais ça ne peut pas nuire.»

L'annonce de Québec signifie donc «beaucoup et peu à la fois» pour la commission scolaire, dit son président. «Mais c'est une bonne nouvelle pour l'ensemble des écoles du Québec.»

À la commission scolaire des Hautes-Rivières, la présidente Andrée Bouchard précise que les écoles Sacré-Coeur et Marie-Rivier (à Saint-Jean-sur-Richelieu) sont en demande pour des mises aux normes. Il y aura aussi d'autres suggestions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer