Le dossier des poules urbaines toujours à l'étude

Les élus de Granby détermineront dans les prochaines... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les élus de Granby détermineront dans les prochaines semaines si les poules seront acceptées en milieu urbain, dans le cadre de la refonte du règlement d'urbanisme.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le conseil municipal de Granby étudie toujours le dossier des poules urbaines, amené sur la table par des citoyens cet hiver. Une orientation des élus devrait être connue en septembre, lors de la refonte du règlement d'urbanisme.

Granby profite de cette refonte, en chantier en août et en septembre, pour se pencher sur les dossiers proposés par les citoyens au fil du temps, dont celui des poules urbaines, indique le directeur général Michel Pinault.

Mais comme les animaux domestiques permis sur le territoire sont définis dans le règlement général, il faudra attendre encore un peu, si le conseil est favorable, pour y inclure les poules.

«En ce moment, elles sont interdites, précise M. Pinault. Généralement, on agit sur plainte. Si, effectivement, on constate qu'il y a des poules, les gens sont en infraction et on leur demande de s'en départir. Le conseil décidera s'il ouvre la possibilité de conserver des poules dans le milieu urbain avec des conditions, comme dans d'autres municipalités.» Les normes adoptées dans ces municipalités font partie de l'étude.

«Des points pour et des points contre»

«Je ne peux pas donner publiquement une orientation, commente le maire Pascal Bonin. Le dossier est à l'étude. Il y a des points pour et des points contre. On a fait une première séance avec des informations, ensuite on est allé en chercher d'autres. Dans les prochaines semaines, il va y avoir d'autres discussions.»

Le tout est discuté pour le moment en rencontres à huis clos, mais les élus ne ressentent pas de pression, malgré les démarches d'Andrée Royer, qui a fait un plaidoyer en faveur des poules urbaines dans nos pages jeudi et sur Facebook.

«La pression qu'on tente de me mettre me coule facilement sur le dos. [...] La pression que le conseil a, c'est de prendre la bonne décision, évoque le maire. C'est un dossier plus complexe qu'il n'y parait.»

Il parle notamment de la question des excréments, des inspecteurs qui seront nécessaires si les poules sont admises en milieu urbain à Granby, mais aussi des maladies. «Drummondville s'est lancé dans le projet pilote, ne serait-ce pas sage d'attendre les conclusions de leur projet pilote?»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer