La programmation reprend au chapiteau du Parc Miner

La programmation du chapiteau Miner a repris mardi... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La programmation du chapiteau Miner a repris mardi soir au parc Miner avec l'heure du conte de Galette en pyjama.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Interrompues il y a une semaine et demie par la chute d'un peuplier centenaire qui a fait 19 blessés au parc Miner, les activités du chapiteau Miner ont repris mardi soir. Un nouveau chapiteau sera dressé sur le site au début de la semaine prochaine, a affirmé mardi la directrice générale de Vie culturelle et communautaire de Granby, Valérie Brodeur.

L'emplacement a cependant été revu. Le plancher a été déplacé à l'arrière du parc, près de la piscine Miner, a précisé Mme Brodeur. Mardi soir, l'heure du conte pour les petits s'est déroulée en plein air, même si le chapiteau n'est pas encore prêt. Même chose pour les soirées danses du monde et de djembé, au programme ce mercredi et jeudi.

La soirée disco à l'agenda de vendredi est cependant annulée, notamment pour laisser place à la Marche de solidarité prévue rue Principale, à compter de 21 h, note Valérie Brodeur. Les participants doivent se déplacer de l'hôtel de ville au parc Miner.

Organisée par l'école de danse Madessimo, cette marche vise à amasser des fonds, avec la vente de lampions, pour venir en aide aux personnes blessées au parc Miner le 15 juillet dernier. Plusieurs étaient des élèves de l'école de danse qui organisait une soirée salsa sous le chapiteau ce soir-là.

«La vie doit reprendre son cours. Il ne faut pas annuler notre été. Mais il ne faut pas non plus oublier ce qu'il s'est passé au parc et que la vie de certaines personnes a changé», a pour sa part commenté le maire Pascal Bonin.

Arbre de lumière

Dans les circonstances, le maire croit qu'il pourrait être opportun de créer un aménagement au parc Miner pour «commémorer» d'une certaine façon ce triste événement. Il dit avoir pensé à «un arbre de lumières, de vie», avec projecteurs LED.

«Est-ce que ça va plaire aux gens? Je n'en ai aucune idée. Mais j'aimerais qu'on mette nos idées en commun pour commémorer l'événement de façon permanente, dans le respect, la dignité et l'empathie», affirme le maire.

Celui-ci rencontrait d'ailleurs mardi la propriétaire de l'école de danse Madessimo, Nancy Madison, et avait l'intention de lui soumettre l'idée. Le maire dit également vouloir être présent à la marche ce vendredi.

Si certaines personnes ont émis le souhait que la Ville aide financièrement les personnes blessées au parc, Pascal Bonin affirme que les réclamations doivent être faites au service juridique de la Ville qui, lui, transmettra le tout à son assureur. «Celui qui va gérer ce dossier-là, c'est l'assureur», dit-il.

«On continue à l'interne de regarder ce qu'on peut faire. C'est un triste événement - et je compatis énormément avec les gens -, mais ça a été causé par la nature. (...) C'est un accident. Personne n'a souhaité ça et il n'y a pas eu de négligence», estime le maire Bonin, qui souligne que, malgré son tronc creux, l'arbre avait une apparence saine qui ne permettait pas de prédire sa chute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer