L'urgence de l'hôpital de Granby déborde

La capacité de l'urgence de l'hôpital de Granby... (Janick Marois)

Agrandir

La capacité de l'urgence de l'hôpital de Granby est de 20 patients sur civières. Or, au cours des cinq derniers jours, la moyenne a été de 29 et il y en a eu jusqu'à 38 en attente.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Si vous vous présentez à l'urgence de Granby pour un petit bobo, il y a de fortes chances que vous attendiez très longtemps avant de voir un médecin.

Depuis cinq jours, l'affluence y est telle que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie demande à la population de ne s'y présenter qu'en cas de réelle urgence.

«Nos équipes ont travaillé d'arrache-pied pendant les cinq jours et on a mis plusieurs mesures en place chaque jour pour tenter de réduire l'attente, mais rien n'y faisait», déplore le Dr Michel Camirand, directeur adjoint des services professionnels du CIUSSS de l'Estrie.Un trop grand nombre de patients étaient en attente sur des civières pour se faire placer sur un étage de l'hôpital, compliquant la tâche des urgentologues, qui doivent les superviser.

La capacité de l'urgence de Granby est de 20 patients sur civières. Or, au cours des cinq derniers jours, la moyenne a été de 29 et il y en a eu jusqu'à 38 en attente.

«Et malgré ça, 80 congés d'hôpital ont été donnés durant ces cinq jours et ça ne suffisait pas à la demande, s'étonne le Dr Camirand. On s'assurait de donner des séjours optimaux dans le plus court laps de temps.»

Solutions

Dans les derniers jours, des gens ont pu attendre de nombreuses heures. Le Dr Michel Camirand n'a pas été en mesure de fournir une moyenne. Rappelons toutefois que dans le palmarès des urgences de La Presse, le Centre hospitalier de Granby affichait un temps de 21 h 42, une augmentation de 7 h depuis 2014.

Pour pallier le problème, leDr Michel Camirand propose aux gens qui ne sont pas en situation d'urgence à proprement dit de se tourner vers leur médecin de famille ou de contacter Info-Santé (8-1-1). «Souvent, les gens se tournent tout de suite vers l'urgence sans penser à leur médecin de famille. Aussi, un appel à Info-Santé peut sauver un séjour à l'urgence», estime-t-il.

«Mais n'ayez crainte, les gens ayant une vraie urgence, donnons par exemple un infarctus ou de blessures graves, seront traités dans les délais prescrits», tient-il à rassurer.

Démographie

Et comment expliquer toute cette affluence? Sans vouloir jeter la pierre uniquement à la démographie, le Dr Camirand croit qu'il s'agit là d'une bonne partie du problème. «La région connaît une augmentation du nombre de personnes plus âgées, qui nécessitent plus de soins, en plus d'un accroissement de la population», affirme-t-il.

La saison touristique pourrait également, selon lui, avoir un rôle à jouer. «La villégiature fait augmenter de 15% la population de la région. Des gens qui ne retournent pas nécessairement dans leur coin pour voir un médecin, dit Michel Camirand. Ils doivent se tourner vers l'urgence.»

«Il ne faut pas penser que nous nions la problématique, ajoute-t-il. Nous sommes conscients de la situation, que c'est anormal, et nous mettons tout en oeuvre pour la régler.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer