Un Granbyen ligoté chez lui

Un Granbyen a vécu une nuit infernale lorsque... (Janick Marois)

Agrandir

Un Granbyen a vécu une nuit infernale lorsque des individus sont débarqués chez lui, l'ont ligoté puis lui ont volé certains objets.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Nuit infernale pour un Granbyen de 27 ans. Des hommes armés se sont présentés chez lui, l'ont ligoté, puis l'ont volé avant de prendre la fuite. L'homme, qui était visé par ses assaillants, a été retrouvé par les policiers en état de choc après avoir activé le bouton panique de son système d'alarme.

La centrale d'alarme a avisé les policiers de Granby, vers 2 h 30 dans la nuit de mardi à mercredi, après avoir reçu un signal de détresse provenant d'un appartement de la rue du Mont-Brome. En arrivant sur place, les agents ont découvert un homme ligoté. «Il n'était pas blessé physiquement, mais il était sous le choc», explique Caroline Garand, porte-parole du Service de police de Granby.

Le secteur a aussitôt été bouclé. Les services de police environnants ont été avisés afin de retrouver les suspects, mais sans succès.

Les premières informations recueillies par les policiers permettent de croire que la victime, qui est connue de leur service, avait été ciblée par les individus armés qui se sont présentés chez elle. Après avoir franchi le seuil de sa porte, ils ont ligoté l'homme, puis ont fouillé sa résidence. Des objets ont été volés, mais les policiers n'ont pas dévoilé de quoi il s'agit.

Les suspects ont pris la fuite en véhicule. Un technicien du service de l'identité judiciaire de la Sûreté du Québec a prêté main-forte aux enquêteurs en analysant la scène du crime.

La victime a été rencontrée par les policiers qui tentent de faire la lumière sur cette affaire. Pour l'instant, ils savent que plusieurs suspects ont participé au braquage, mais ils ne connaissent pas le nombre exact. Selon toute vraisemblance, la victime n'avait pas été choisie par hasard. «On est encore à déterminer quels sont les liens entre eux», précise l'agente Garand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer