Les nerpruns bourdaines neutralisés en 2018?

Le conseiller municipal Jean-Luc Nappert et le responsable... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le conseiller municipal Jean-Luc Nappert et le responsable des corvées populaires, René Marois, ont dévoilé les nouveaux panneaux mardi.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) Le Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin pourrait être débarrassé des nerpruns bourdaines en 2018. D'intenses corvées menées cette année ainsi qu'en 2017 devraient porter un coup dur à cette espèce envahissante, croit René Marois, responsable des corvées d'éradication.

Une nouvelle enseigne a été installée la semaine... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Une nouvelle enseigne a été installée la semaine dernière le long de la rue Drummond au coût de 35 000 $.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Lorsque les travaux pour arracher les plants de nerpruns bourdaines ont commencé, il y a trois ans, on en trouvait sur 65 % des 410 hectares du CINLB, fait remarquer M. Marois. En 2018, calcule-t-il, seulement 10 % du site resteront à être nettoyés. «Ceux qui disaient qu'on n'en viendrait pas à bout, ils seront confondus», dit-il fièrement. «Ça progresse très bien.»

Un tel bilan est possible en raison des bénévoles qui ont mis la main à la pâte, rappelle-t-il. En deux ans, 1500 heures de bénévolat ont été investies par des citoyens, a-t-il indiqué. Il espère qu'ils répondront encore à l'appel cette année lors des corvées annoncées.

Des corvées de nettoyage spéciales sont au programme. Une soixantaine de cadets de l'armée seront au CINLB les 28 et 29 juin pour arracher des nerpruns. Puis le 2 juin, une quarantaine d'employés de l'usine GE à Bromont feront de même. «On discute avec d'autres groupes pour qu'ils viennent nous aider. C'est très encourageant.»

La Ville de Granby participe financièrement pour la première fois aux efforts d'éradication des nerpruns. Elle a remis un montant de 10 000$ couvrant également l'année 2017. Le CINLB investit le même montant. Combiné à une subvention d'Emploi Québec, l'argent servira à embaucher quatre aménagistes.

Informations et bêtises

L'opération de cette année compte un volet informatif. Deux immenses panneaux ont été installés dans les sentiers pour informer les visiteurs de la nature des travaux en cours. Plusieurs visiteurs interpellent les bénévoles lors des corvées. «Des fois, on se fait apostropher par des gens. Ils ne comprennent pas ce qu'on fait. "Pourquoi arrachez-vous des arbres?", nous demandent-ils», relate M. Marois.

Le responsable se rappelle une femme particulièrement insistante. «Elle m'avait chicané pas mal. Mais plus tard, elle est revenue me voir. "Je vous ai dit des bêtises l'autre fois. Je m'excuse. Je sais pourquoi vous faites tout ça maintenant"», s'amuse-t-il à raconter.

Les explications sont particulièrement de mise quand des groupes scolaires traversent le CINLB et voient des adultes arracher des arbres, dit M. Marois. «Il faut prendre le temps de leur expliquer, de leur montrer pourquoi. On protège les autres arbres.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer