Travaux à envisager pour un immeuble de la MRC

Une étude sera réalisée en 2016 pour évaluer... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une étude sera réalisée en 2016 pour évaluer l'état de l'immeuble qui abrite les locaux de la MRC de la Haute-Yamaska. Un projet de rénovation, voire de nouvelle construction, pourrait être envisagé, avance le maire de Granby et préfet, Pascal Bonin.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Une étude sera réalisée en 2016 pour évaluer l'état de l'immeuble qui abrite les locaux de la MRC de la Haute-Yamaska, rue Dufferin, à Granby. Un projet de rénovation, voire de nouvelle construction, pourrait être envisagé, a avancé le maire de Granby et préfet, Pascal Bonin.

«Avant la fin de l'année, il devrait y avoir une session de travail avec les maires pour voir où ils veulent aller avec ça. C'est un vieux bâtiment, il ne faut pas se leurrer», a affirmé le maire.

Selon lui, l'immeuble présente des déficiences, notamment sur le plan du chauffage. «L'hiver, il y a des pièces hyper chaudes, d'autres super froides. On sent aussi le vent qui passe à travers les fenêtres», dit Pascal Bonin.

L'immeuble, dont la façade est ornée d'une murale de l'artiste Alfred Pellan, a été construit en 1958. Il accueillait à l'origine l'école St-Patrick, fréquentée par des enfants d'origine irlandaise.

«Ça n'a pas été conçu pour accueillir des bureaux. Il y a une problématique au niveau des salles. Certaines sont trop petites. S'il y a des rénovations à faire, il n'y a pas de monte-charge ni d'ascenseur. Les travaux d'entretien du bâtiment doivent être évalués», a pour sa part relevé la coordonnatrice aux communications à la MRC, Marlène Pawliw.

Si le maire confirme que différentes options pourraient être à l'étude, il ne s'aventure toutefois pas sur les détails financiers du projet.

S'il n'en tient qu'à Pascal Bonin, les bureaux de la MRC demeureraient par ailleurs à leur emplacement actuel, en face du parc Victoria, ce qui en fait un site de choix, selon lui. Il précise que la décision dans ce dossier reviendra cependant à l'ensemble du conseil des maires.

Terrain en banque

En 2011, la Ville de Granby avait acheté un terrain vacant à l'arrière de l'édifice occupé par la MRC pour agrandir le stationnement. Conseiller municipal à l'époque, Pascal Bonin avait critiqué cette dépense de 106 000$.

En incluant les frais d'aménagement de 45 cases de stationnement, la facture pouvait atteindre 248 000$, avait-il dénoncé. Selon lui, cette somme aurait pu être investie dans d'autres projets, dont la revitalisation du parc Pelletier; projet qu'il réalisera finalement cet été.

Cinq ans plus tard, la vision du conseiller municipal devenu maire a toutefois changé. «Le terrain sera une option pour agrandir, si tel est le cas», dit-il.

Pascal Bonin affirme néanmoins que la réflexion des maires au sujet du 142, rue Dufferin n'est pas une priorité à court terme. D'autres dossiers, comme celui du tricompostage, primeront au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

Taux d'occupation: 84%

Selon le préfet, la fermeture l'an dernier du Centre local de développement (CLD), qui occupait une partie du premier étage de l'immeuble, alors que les bureaux de la MRC sont majoritairement au rez-de-chaussée, a généré de l'espace. Mais cet espace tendrait à s'amenuiser.

Un employé du CLD, Samuel Gosselin, conseiller au développement de la ruralité et de l'agroalimentaire, est dorénavant à l'emploi de la MRC. De nouveaux postes ont aussi été créés à la MRC au cours des cinq dernières années dont ceux, plus récents, d'une coordonnatrice aux communications et d'un chef de projets volet matières organiques.

À l'heure actuelle, le taux d'occupation de l'immeuble est de 84%, selon Marlène Pawliw. Environ 25 personnes travaillent à la MRC.

«On a reçu de nouvelles compétences qui exigent du personnel. On sait aussi que les orientations du gouvernement sont de donner de plus en plus de responsabilités aux MRC. On n'a pas tant d'espace libre que ça. On doit avoir une marge de manoeuvre», estime Pascal Bonin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer