Budget: des mesures de lutte contre la pauvreté

Nicolas Luppens est somme toute plutôt satisfait du... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Nicolas Luppens est somme toute plutôt satisfait du budget fédéral dévoilé cette semaine.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le premier budget de Bill Morneau donne un tout autre son de cloche que le budget provincial pour le Groupe actions solutions pauvreté (GASP). L'organisme y voit beaucoup de positif pour aider la lutte à la pauvreté, à quelques nuances près.

Nicolas Luppens, coordonnateur du GASP, souligne dans un communiqué que le budget fédéral comprend plusieurs points positifs. C'est le cas de l'assurance-emploi, dont l'accès sera facilité.

La réduction du nombre de semaines de travail nécessaire pour avoir droit au chômage, le délai de carence pour recevoir le premier chèque qui passe de deux à une semaine et l'injection de 32 M$ pour améliorer l'accompagnement aux chômeurs sont autant d'aspects qui plaisent à M. Luppens.

«Le PLC répare en quelque sorte certains dégâts causés à l'assurance-emploi par le gouvernement sortant, commente M. Luppens. D'autre part, l'Allocation canadienne pour enfants aidera certainement les familles ayant moins de revenus et garantira une meilleure redistribution de la richesse. Il s'agit d'une avancée intéressante, bien qu'elle cible uniquement les familles.»

Évidemment, les investissements dans la lutte à l'itinérance de 112 M$ sur deux ans, dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte à l'itinérance (SPLI), plaisent au GASP. L'enveloppe annuelle de 19 M$ allouée à Québec sera bonifiée de 10 M$ par année.

«Par contre, ce budget ne fait aucune mention de l'approche qui sera préconisée par le fédéral», note M. Luppens. On ne sait pas, par exemple, si le financement de 80 000$ qu'a perdu la maison d'hébergement d'urgence Le Passant sera rétabli.

Le montant de 1,4 milliard de dollars accordé pour les logements abordables est «un pas en avant», mais la somme sera insuffisante, croit Nicolas Luppens, pour répondre aux besoins, qu'il estime à 300 unités supplémentaires pour Granby uniquement.

Des mesures visent les rénovations des immeubles à logements abordables et le maintien des allocations en logement social pour deux ans, ce qui n'offre pas l'opportunité de construire de nouvelles unités à Granby.

Autre bémol, M. Luppens souligne l'absence de stratégie nationale visant à réduire l'insécurité alimentaire au Canada, une promesse de Justin Trudeau lors de la précédente campagne électorale. «Il est décevant que cette promesse soit complètement évacuée du budget, alors que le coût des aliments monte en flèche depuis plusieurs mois.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer