La vente de Salvia désormais interdite

La vente, la production, l'importation et l'exportation de... (photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

La vente, la production, l'importation et l'exportation de la Salvia divinorum sont désormais proscrites au Canada.

photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) La vente de Salvia divinorum, une plante qui provoque des effets psychotropes chez ceux qui la consomment, est désormais interdite au pays. Seule sa possession est toujours autorisée.

Les policiers de Granby ont récemment visité les commerces qui s'adonnaient à sa vente pour s'assurer qu'ils ne transgressaient pas la loi.

La Salvia divinorum, aussi appelée «Sauge des devins», pousse au Mexique. Elle se présente sous la forme d'une poudre végétale sèche verte ou noire. Elle peut être consommée en mâchant ses feuilles ou en les fumant à la pipe ou en joints.

Généralement, les hallucinations commencent moins d'une minute plus tard. Ses effets sont souvent décrits comme déplaisants, selon une étude réalisée par Santé Canada.

Dysphorie, expériences extracorporelles, inconscience et perte de mémoire à court terme font également partie des effets observés. En raison de tous ces effets psychoactifs, qui ressemblent à ceux déclenchés par la consommation d'autres substances illicites, et du risque que pose la Salvia pour la santé et la sécurité, en particulier pour celles des jeunes, Santé Canada a milité afin que la vente libre soit interdite.

La législation a récemment été modifiée. Depuis le 8 février, la Salvia divinorum, une substance peu répandue, est inscrite parmi les substances à contrôler selon la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Il est désormais interdit d'en produire, d'en importer, d'en exporter et d'en faire le trafic. Seule la possession personnelle est toujours permise.

Les policiers ont donc le pouvoir d'arrêter toute personne qui contrevient à la loi et de saisir la substance. Des accusations en vertu du Code criminel peuvent également être déposées à l'endroit des contrevenants.

La police de Granby s'est rendue chez deux commerçants qui ont déjà vendu de la Salvia. «On a visité les endroits qui avaient reçu un avis de Santé Canada et il n'y avait pas de Salvia en vente», informe Caroline Garand, porte-parole du service de police de Granby.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer