Découpage scolaire à Bromont: la CSVDC sollicite aussi Québec

Le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Val-des-Cerfs veut aussi être entendue du ministre de l'Éducation au sujet du découpage scolaire dans le secteur de Bromont.

Mécontente de la décision de la commission scolaire de transférer une cinquantaine de ses élèves à Saint-Alphonse-de-Granby, la Ville de Bromont s'est tournée vers le gouvernement dans l'espoir de faire changer les choses.

Ne voulant pas être en reste, Val-des-Cerfs a adopté une résolution similaire, mardi soir. Si débat il y a, elle veut en faire partie pour donner son point de vue, indique le président Paul Sarrazin.

«Je n'ai rien à reprocher à notre organisation, dit-il. On ne peut pas être plus transparents que ça. On ne fait qu'appliquer nos règles.»

Le président de Val-des-Cerfs ne ferme pas la porte à modifier - encore - le découpage scolaire, mais il insiste sur le fait que les municipalités touchées (Bromont, Brigham et East Farnham) devront sortir leur chéquier. En finançant, par exemple, des locaux temporaires.

«Nous, on n'a plus de sous», dit M. Sarrazin. Il donne l'exemple de Farnham qui a accepté d'allonger 1 M$ pour aménager de nouveaux locaux afin de garder ses élèves sur son territoire.

Calculs

À Bromont, le conseil d'établissement de l'école primaire Saint-Vincent-Ferrier soutient que selon ses calculs, tous les élèves pourraient rester dans la ville branchée, mais la commission scolaire ne partage pas cette vision.

Le président du conseil d'établissement, Maxime Bélisle, déplore que Val-des-Cerfs ait refusé de considérer ses chiffres. «C'est extrêmement décevant», dit-il. Une proposition d'utiliser le sous-sol de l'église voisine avait été refusée par la commission scolaire, puisque non viable à long terme.

Quant aux unités modulaires encore installées à côté de l'école, elles doivent être mises au rancart à cause de leur usure. Bromont, Brigham et East Farnham ne s'étaient engagées à les financer que pour une année supplémentaire, une offre que Val-des-Cerfs avait jugée insuffisante.

Bulletins: statu quo à Val-des-Cerfs

Les enseignants de la commission scolaire du Val-des-Cerfs remettront leurs bulletins au plus tard jeudi comme prévu, a indiqué mercredi le Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY).

L'entente intervenue la semaine dernière au Tribunal administratif du travail n'a donc pas d'impact en Haute-Yamaska et dans Brome-Missisquoi. «Aucun élève ne sera pénalisé», dit le président du SEHY, Éric Bédard.

Le moyen de pression des enseignants, baptisé «opération La bande des scribes», consistait à remettre les notes une journée plus tard - et non la semaine suivante - et à la main afin d'embêter les directions d'école.

Val-des-Cerfs voulait s'assurer que les notes n'arrivent pas trop tard pour les inscriptions au cégep. Pour M. Bédard, cette préoccupation était «un gros show de boucane des commissions scolaires pour casser la mobilisation des profs».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer