District six: portraits des candidats

Les quatre candidats.... (La Voix de l'Est)

Agrandir

Les quatre candidats.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les quatre candidats à l'élection partielle dans le district six à Granby ont quelques points en commun. Ils ont par exemple tous déjà tenté de se faire élire à un poste de conseiller municipal à Granby au cours des dernières années. Aussi, aucun d'entre eux n'habite le district six. Mais leurs motivations et les dossiers qu'ils entendent porter à l'hôtel de ville diffèrent. Brefs portraits des candidats dans la course.

Bruno Junior St-Amand... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Bruno Junior St-Amand

Alain Dion, La Voix de l'Est

Bruno Junior St-Amand: des idées au profit de la Ville

Depuis qu'il a tenté de se faire élire dans le district huit en 2013, Bruno Junior St-Amand a continué de suivre les affaires municipales, n'hésitant pas à intervenir de façon régulière lors des séances du conseil. Mais à partir du 1er février, c'est assis à la table des élus qu'il souhaite mettre ses connaissances au service de la population.

«Je veux apporter une complémentarité au niveau du conseil municipal et aussi ma jeunesse; j'ai 34 ans. J'ai de très bonnes idées, autant pour mon quartier, le quartier six que je veux représenter, que pour le reste de la Ville. Ça prend des idées nouvelles et une vision si on veut être capable de faire avancer notre municipalité», affirme celui qui agit à titre de conseiller en finances personnelles chez Desjardins.

Et des idées, Bruno Junior St-Amand assure ne pas en manquer. Il propose par exemple d'aménager une piste multifonctionnelle sur la rue Saint-François, à l'instar de celle de la rue Simonds Sud. «Ça serait le départ de mon grand projet. J'aimerais qu'on étende ça au sein de la ville. On est reconnu pour avoir des rues larges», dit-il tout en citant les rues Saint-Hubert, Bourget et Lafontaine où de telles pistes pourraient être aménagées afin de «prôner la vie active».

Autre projet qu'il souhaite promouvoir pour «améliorer la sécurité et la qualité de vie»: la révision de la signalisation au sol des passages piétonniers, qu'il juge désuète. Granby pourrait s'inspirer d'autres villes où une large bande colorée, verte par exemple, indique les traverses pour piétons, propose-t-il.

«Quand on s'habitue trop à la même chose, on ne porte plus attention», juge le candidat, qui s'était présenté sous la bannière de l'équipe Bonin en 2013.

Bruno Junior St-Amand affirme par ailleurs croire au quartier des sports que la Ville souhaite aménager - au coeur du district six - avec la construction d'un centre aquatique près du centre sportif Léonard-Grondin. Il propose donc qu'un projet de glace réfrigérée extérieure soit élaboré. Selon lui, un partenariat avec la Fondation des Canadiens pour l'enfance pourrait être exploré, comme à Sherbrooke.

«Les coûts d'entretien des glaces dans les cours d'école ne diminuent pas. Est-ce qu'on pourrait regrouper ça et en avoir une qui est ouverte du début de l'automne à la fin de l'hiver? Ça pourrait faire un beau happening dans le quartier et être un plus pour la ville», dit-il.

Bruno Junior St-Amand affirme consacrer tous ses temps libres à des rencontres porte-à-porte. «Je veux voir le plus de gens possible parce qu'une pancarte sur un poteau, ça ne parle pas et ça n'a pas d'idées, lance-t-il. L'idée, ce n'est pas d'aller chercher un chèque de paye, mais de faire avancer les choses.»

Denyse Tremblay.... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est) - image 3.0

Agrandir

Denyse Tremblay.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Denyse Tremblay: des solutions aux problèmes des citoyens

Denyse Tremblay a déposé sa candidature pour se faire élire comme conseillère municipale dans le district trois en 2013 avec le désir de servir les gens. Elle n'a pas été élue à ce moment. Mais deux ans plus tard, sa motivation n'a pas changé.

«Comme infirmière retraitée, j'ai travaillé toute ma vie à servir les gens; j'aime ça», déclare Mme Tremblay, tout en précisant avoir continué à suivre la politique municipale au cours des deux dernières années.

La candidate, qui réside dans le district deux, affirme avoir pour thème «Granby, ma fierté». C'est pour cette raison qu'elle ne voit aucun problème à se présenter dans un autre district que celui qu'elle habite. «Quand tu rencontres une personne, elle dit qu'elle reste à Granby sans préciser si c'est sur telle ou telle rue», fait-elle valoir.

Elle souhaite ainsi se mettre au service des citoyens du district six, mais tout en oeuvrant pour l'ensemble de la ville afin de continuer à être «fière du bien-être de la collectivité, de l'action communautaire, du respect des individus et de la qualité de vie».

Denyse Tremblay, qui s'était affichée dans l'équipe de celui qui a été élu maire en 2013, Pascal Bonin, affirme avoir déjà sillonné plusieurs rues du district pour aller à la rencontre des citoyens. «Je frappe à toutes les portes», affirme-t-elle.

Mme Tremblay, 60 ans, dit, par cet exercice, vouloir connaître les besoins des citoyens. «Je veux trouver des solutions à leurs problèmes, en utilisant le gros bon sens», relève-t-elle.

À ce jour, certains résidants du district lui ont notamment fait part de problématiques de déneigement. D'autres souhaitent simplement recevoir un retour d'appel lorsqu'ils ont besoin d'une information, rapporte la candidate.

L'intérêt pour la politique municipale de Denyse Tremblay a été attisé il y a quelques années alors que la précédente administration municipale souhaitait aménager une piste multifonctionnelle dans la rue de l'Estrie. Les résidants du secteur, dont Mme Tremblay, avaient manifesté leur opposition au projet.

«À partir de ce moment-là, on regarde plus comment ça fonctionne. On se rend compte qu'on peut changer les choses si on s'implique», avait-elle expliqué lors de la précédente campagne électorale.

Engagée dans une lutte à quatre pour le siège de conseiller municipal, Mme Tremblay dit maintenant souhaiter que les résidants du district six «s'expriment haut et fort en allant voter» le 31 janvier prochain.

Normand St-Laurent.... (Catherine Trudeau, archives La Voix de l'Est) - image 4.0

Agrandir

Normand St-Laurent.

Catherine Trudeau, archives La Voix de l'Est

Normand St-Laurent de retour

Normand St-Laurent a tenté de se faire élire dans le district qu'il habite, le cinq, en 2009, mais il a été battu par le conseiller sortant de l'époque, Denis Choinière.

Il récidive, mais cette fois-ci dans le district six. Impossible toutefois d'en savoir plus sur ses motivations.

M. St-Laurent a décliné la demande d'entrevue de La Voix de l'Est.

Victoire Marie-France Collard.... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est) - image 5.0

Agrandir

Victoire Marie-France Collard.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Victoire Marie-France Collard: servir la population

Victoire Marie-France Collard souhaite ardemment pouvoir «travailler pour les citoyens». C'est ce qui explique pourquoi elle a entrepris une deuxième campagne électorale si rapidement après avoir tenté sa chance dans le district trois à la fin de l'année 2015, où elle a été défaite par Julie Bourdon.

En fait, Mme Collard, 45 ans, a terminé au dernier rang des six candidats en lice, avec seulement 13 voix en sa faveur. Mais ce n'est rien pour freiner son enthousiasme. «Le découragement ne fait pas partie de mon vocabulaire», affirme-t-elle.

«Je n'ai pas honte d'avoir fini dernière. Dans toutes choses, quand tu insistes, ça peut marcher», est convaincue celle qui travaille comme préposée aux bénéficiaires à l'hôpital de Granby. Elle est aussi propriétaire du salon de coiffure Africa.

Cette fois-ci, Victoire Marie-France Collard estime toutefois être mieux préparée. D'une part, elle est davantage connue, dit-elle, et son «expérience sur le terrain du district trois» lui a permis de revoir sa façon de mener sa campagne électorale.

Aussi, Mme Collard affirme bien connaître le district six, qui était représenté par Serges Ruel, jusqu'à ce qu'il remette sa démission en novembre. Son salon de coiffure a d'abord eu pignon sur la rue Robinson, avant de déménager rue Paré. «Il y a un gros problème de vitesse et de sécurité dans le secteur. Je veux apporter mon aide», dit-elle.

La vitesse est aussi présente dans les rues Cowie et Saint-François, ainsi que dans les environs du centre sportif Léonard-Grondin, note-t-elle. À ses yeux, il y a ainsi un important travail de sensibilisation à effectuer auprès des automobilistes afin que les limites de vitesse soient respectées.

Autre point qu'elle souhaite soumettre au conseil municipal: l'absence de trottoirs dans le secteur des rues Saint-Urbain, Saint-François et Beaufort. La sécurité des piétons est à revoir, dit-elle.

La candidate estime aussi que le petit parc Joseph-Charles-Berthiaume, situé rue Brignon, pourrait être davantage fréquenté. À cet effet, les aménagements pourraient être à revoir, croit-elle.

Mère de trois filles, Victoire Marie-France Collard est à Granby depuis13 ans. Et elle souhaite maintenant redonner à sa ville d'adoption. «J'aime aider, j'aime participer», lance-t-elle.

Dates importantes

Vote par anticipation: 24 janvier, de 12 h à 20 h, à l'école l'Envolée, 549 rue Fournier.

Scrutin général: 31 janvier, de 10 h à 20 h, à l'école l'Envolée, 549 rue Fournier.

Les résultats du scrutin général seront annoncés par la présidente d'élections dans la salle du conseil, dès que le recensement des votes sera terminé, après 20 h. Les citoyens peuvent y assister. Les résultats seront aussi disponibles sur le site Internet de la ville, au www.ville.granby.qc.ca, sous la section Élection partielle 2016 - District six.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer