Coupes dénoncées au CPE Le Grand Chapiteau

Hier, les employés du CPE Le Grand Chapiteau... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Hier, les employés du CPE Le Grand Chapiteau ont manifesté leur désaccord face aux coupes qui affectent leur réseau.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Les employés du CPE Le Grand Chapiteau de Granby, situé sur la rue Robinson Nord, ont tenu une manifestation pour critiquer les mesures d'austérité qui affectent leur réseau.

«Avec toutes ces coupes, c'est vraiment la mission de mon établissement qui est compromise», lance la directrice de l'établissement, Chantal Pontbriand.

Elle ajoute que Le Grand Chapiteau accueille nombre d'enfants aux besoins particuliers, ce qui rend service aux familles.

«Le budget du ministère de la Famille représente 2,4% du budget total du Québec. Les coupes, 0,12%. Ce sont des peccadilles pour le gouvernement, tandis que pour les CPE, c'est énorme et ça fait mal», affirme la directrice, qui craint les coupes à venir.

En 2016-2017, les compressions couperont 12% du budget d'un CPE de 60 places, soit 85 000$, peut-on lire dans le document que transmet le CPE aux parents, pour leur faire réaliser «l'étendue des coupes».

«Pour assurer la pérennité de nos services, nous demandons aux parents qui fréquentent notre établissement de remplir sept signatures sur une pétition. On souhaite obtenir 1000 noms», explique Chantal Pontbriand.

Le Grand Chapiteau demande aussi aux parents de loger des appels et des lettres aux bureaux des élus, en plus du premier ministre Couillard. Tous les lundis à 8 h, à partir du 18 janvier, une chaîne humaine autour du CPE sera organisée pour démontrer l'attachement au service.

«Malheureusement, on a aussi dû avertir les parents que si nos demandes ne sont pas entendues, des réductions des heures de service, jusqu'à une interruption du service, pourraient s'ensuivre. On espère ne pas avoir à se rendre là», indique Chantal Pontbriand.

La directrice affirme que les parents sont très compréhensifs. «Un parent m'a dit: "notre tarif a été indexé et à cela va s'ajouter une contribution additionnelle lors de mes impôts qui pourrait aller jusqu'à 20$ par jour. Cela va me coûter plus cher et je vais avoir moins"», rapporte-t-elle.

L'ensemble des CPE de la province a prévu des moyens de pression jusqu'à la semaine de relâche en mars, où ils seront révisés par la suite. Ils dévoileront entre autres des vidéos de sensibilisation. Une grande manifestation est également prévue le 7 février à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer