Grosses cylindrées: «On va s'y faire»

Plusieurs camionnettes seront touchées par cette mesure, de... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Plusieurs camionnettes seront touchées par cette mesure, de même que les véhicules récréatifs. Par exemple, le propriétaire d'un Dodge Grand Cherokee V8 qui a un moteur de 6,4 litres devra payer un droit additionnel de 310$ sur son immatriculation.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les propriétaires de voitures de forte cylindrée verront leur facture d'immatriculation grimper. Une mesure qui touchera notamment les campeurs qui ont un véhicule récréatif ou un camion pour transporter leur roulotte.

Ces droits additionnels sont une mesure qui émane du ministère des Finances, indique Mario Vaillancourt, relationniste pour la Société de l'assurance automobile du Québec. C'est lors du renouvellement de l'immatriculation que les gens vont voir les changements qui ont été apportés pour les grosses cylindrées, soit à partir de 4 litres.

Ce montant figurait déjà sur les factures de ces propriétaires, mais le règlement a changé. En plus de la hausse, il y a davantage de paliers depuis le 1er janvier.

Auparavant, ces droits existaient, mais ils étaient les mêmes pour des véhicules dont la cylindrée du moteur est comprise entre 5 et 7 litres. Maintenant, les montants supplémentaires à payer débutent à partir de 4 litres de cylindrée et grimpent chaque 0,1 litre suivant, jusqu'à 7 litres. Au-delà de 7 litres, la somme est la même pour tous.

Plusieurs camionnettes seront touchées par cette mesure, de même que les véhicules récréatifs. Par exemple, le propriétaire d'un Dodge Grand Cherokee V8 qui a un moteur de 6,4 litres devra payer un droit additionnel de 310$ sur son immatriculation. Celui d'une Ford Mustang V8, d'un moteur de 5 L, devra débourser un montant supplémentaire de 154$.

«Ça représente à peu près10% des véhicules au Québec, évoque M. Vaillancourt. Cette mesure vise la réduction des émissions polluantes et à influencer les gens à aller vers des véhicules moins énergivores.»

Pas l'effet espéré

Pierre Massé, représentant aux ventes chez Granby Caravane et propriétaire d'une roulotte, ne croit pas que les mesures mises en place par Québec produiront l'effet espéré. Selon lui, les propriétaires de tels véhicules seront possiblement mécontents, mais ça ne changera pas leurs habitudes.

«Je ne pense pas que ça va empêcher un campeur de camper. D'autant plus que le prix de l'essence a baissé. C'est sûr que ça va être choquant sur le coup, mais on va s'y faire.»

Le prix de l'essence est davantage un facteur qui influence le comportement des consommateurs. Avec de l'essence plus chère, comme ça s'est vu certains étés, le campeur change ses habitudes qu'il s'agisse de devenir saisonnier dans un camping ou de voyager plus localement, estime-t-il.

«Rares sont les gens qui ont un pick-up pour seulement se promener avec, croit-il. Si tu as les moyens d'avoir un camion à 50 000$, 50$ de plus par année en immatriculation, est-ce que ça change quelque chose? Je ne pense pas.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer