Suzanne Surette contre l'allocation de transition

Suzanne Surette s'engage à renoncer à l'allocation de... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Suzanne Surette s'engage à renoncer à l'allocation de transition si elle est élue dans le district trois.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Suzanne Surette s'est engagée à renoncer à son allocation de transition si elle est élue. Candidate dans district trois à Granby, elle a dressé son bilan de campagne, à l'avant-veille du vote, et a annoncé cet engagement envers la population.

Au cours de ses journées de porte-à-porte dans le district, elle a fait face à la préoccupation des contribuables concernant ces primes, qui ont fait couler beaucoup d'encre dans les dernières semaines depuis l'annonce du départ de Serges Ruel, dans le district six.

«En tant que citoyenne, j'ai aussi un malaise face à ce sujet, a-t-elle confié lors d'un point de presse vendredi matin. En tant que contribuable, je me questionne sérieusement et je crois sincèrement qu'il est temps d'en débattre publiquement. Pour ma part, je m'engage à renoncer à ma prime de transition si je suis élue. Jamais je ne pourrai encaisser une telle prime. Le travail d'un conseiller municipal est un travail à temps partiel et un conseiller occupe en principe un emploi à temps plein ailleurs. Et si ce n'est pas le cas, c'est un choix éclairé qu'il a fait avant de s'engager. Pour moi, pas de prime en transition et, oui, les citoyens ont le droit de remettre en question la position de la ville.»

Mme Surette ne croit pas que la Ville peut se permettre un tel luxe. Rappelons que M. Ruel a accepté son allocation de transition de 21 830 $ après avoir remis sa démission le 19 novembre, en cours de mandat.

«Mission accomplie»

Suzanne Surette est enthousiaste suite à sa première expérience politique. Depuis qu'elle a fait du bénévolat pour l'équipe de Pierre Breton, lors de la campagne électorale fédérale de l'automne, une flamme s'est allumée en elle.

La présente campagne en a été une de nouveauté. «Je me dis "mission accomplie", lance-t-elle. C'est pour moi une première expérience et je peux vous assurer que celle-ci n'a que renforcé mon désir de servir les intérêts des citoyennes et citoyens du district trois. Elle a consolidé ma vision face aux objectifs et aux priorités pour le district et ma position face au rôle de conseillère.»

Elle rappelle son intérêt pour améliorer la sécurité dans le district, notamment en matière de vitesse automobile et de trottoirs, pour le développement du territoire, pour la fondation d'un conseil de quartier et pour la gestion saine des fonds publics. Mme Surette, qui fait carrière comme directrice de comptes des Hôtels Villegia, a par le fait même remercié les citoyens qu'elle a été appelée à rencontrer depuis le dépôt de sa candidature, le 17 novembre, et a félicité les cinq autres candidats pour leur travail durant la campagne.

Il y aura élection également dans le district six, anciennement occupé par Serges Ruel, le 31 janvier. Mais Mme Surette, malgré sa nouvelle passion pour la politique, ne compte pas se lancer.

«C'est ma première expérience, c'est venu alimenter quelque chose de très très fort en moi, j'y crois, je crois en ma place au conseil. (...) j'ai vraiment mis tous les efforts vers le district trois pour bien le comprendre, cerner les besoins, prélever les préoccupations, rencontrer les gens. Et le délai est très court pour le dépôt pour le district six. Je ne vois pas comment je pourrais être prête. Par contre, pour 2017, c'est certain que c'est envisageable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer