Un nouveau nom pour Vision 2015

«On ne voulait pas laisser notre réseautage s'en... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«On ne voulait pas laisser notre réseautage s'en aller comme ça», explique Jean-Luc Nappert. «Ça nous a pris des années à bâtir des expertises, à réunir des gens qui ont de grandes connaissances. Il fallait continuer notre travail.»

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) Le comité environnement de Vision 2015 poursuivra ses activités sous une nouvelle appellation: la Table environnement Haute-Yamaska. Nouveau nom, même but: améliorer l'état de santé des lacs et rivières de la MRC.

Lancé au printemps 2005, Vision 2015 a regroupé plusieurs professionnels, gens d'affaires et représentants de différents organismes avec le dessein de bien préparer la région aux défis économiques, sociaux et environnementaux en 2015. Pendant 10 ans, différents comités ont planché sur plusieurs projets. Les comités ont mis fin à leurs activités au printemps, hormis celui dédié à l'environnement. «On ne voulait pas laisser notre réseautage s'en aller comme ça», explique Jean-Luc Nappert. «Ça nous a pris des années à bâtir des expertises, à réunir des gens qui ont de grandes connaissances. Il fallait continuer notre travail.»

Actif depuis le début de Vision 2015, M. Nappert est confiant que le nouveau comité aura un impact auprès des autorités publiques. Il dresse d'ailleurs un bon bilan des réalisations du premier comité. Le travail du comité a amené la MRC à produire un plan directeur de l'eau, à procéder à la vidange des fosses septiques aux deux ans et à créer un fonds vert de la MRC. Des activités de sensibilisation comme le Printemps vert et la Fête de la rivière ont aussi été lancées.

L'objectif phare du comité, soit une eau de qualité suffisante dans la rivière Yamaska Nord pour y permettre la baignade, n'a cependant pas été atteint. Sur ce point, M. Nappert soutient qu'il s'agissait davantage d'une image que d'un but à atteindre. «Ç'a frappé les gens, cette idée. Mais c'était impossible à si court terme. Notre but, c'était d'abord de créer une volonté dans la région de travailler ensemble pour qu'on améliore nos cours d'eau, notre environnement.»

La Fondation SÉTHY assurera l'animation du nouveau comité. Il sera composé de représentants du Comité d'environnement du lac Roxton, GestrieSol, Comité espace nature Shefford, Amis du bassin versant du lac Waterloo et de l'Organisme de bassin versant de la Yamaska. Des représentants de la MRC de la Haute-Yamaska, de la Ville de Granby et de la municipalité de Shefford y siégeront également.

Plan du lac Boivin

La Ville de Granby consacrera un budget de 210 000 $ en 2016 pour améliorer la santé du lac Boivin. Le comité d'environnement de la Ville se réunira en janvier pour déterminer quels projets seront réalisés en lien avec les recommandations contenues dans le Plan de réhabilitation du lac Boivin, a dit M. Nappert. Le conseiller responsable des dossiers environnementaux n'a pas voulu s'avancer sur les projets les plus susceptibles d'être retenus.

En entrevue cet automne, le maire Pascal Bonin avait toutefois indiqué que des travaux pourraient être exécutés dans des fossés situés près du lac Boivin pour y aménager des barrières à sédiments. Des bassins et des marais filtrants pourraient aussi être aménagés dans des endroits stratégiques, avait-il dit.

Le programme triennal d'immobilisations de la Ville prévoit des montants de 415 000 $ en 2017 et de 610 000 $ en 2018 pour des investissements en lien avec l'environnement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer