Une fillette gravement blessée par un chien

Un chien a gravement mordu une fillette de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un chien a gravement mordu une fillette de trois ans au visage, mercredi en début d'après-midi, à Granby. L'animal, qui s'apparente à un bullmastiff, a été pris en charge par la SPA des Cantons en début de soirée.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Une fillette de trois ans pourrait vivre avec de lourdes séquelles après avoir été mordue par le chien de la famille. Cette triste histoire s'est déroulée mercredi vers 13 h dans un appartement de la rue Guy, alors que la famille se trouvait sur place.

Selon Guy Rousseau, porte-parole de la police de Granby, l'enfant a subi des «blessures sévères au visage. Elle a été transportée à l'hôpital de Granby et a été immédiatement transférée à Sainte-Justine, à Montréal.» Mercredi soir, on n'en savait pas plus sur son état de santé. Une enquête du service de police est en cours.

Comme la famille était dans l'appartement au moment de l'événement, l'animal lui a été confié. Ce n'est qu'en début de soirée que la SPA des Cantons, qui détient le contrat de fourrière pour Granby, a été appelée à venir le récupérer pour une évaluation comportementale.

Il pourrait s'agir d'un bullmastiff, indique sous toutes réserves le directeur de la SPA des Cantons, Carl Girard, qui n'avait pas vu l'animal au moment de l'entrevue. Cette race est généralement docile et elle n'est pas reconnue pour être au coeur de beaucoup d'accidents.

Peau de papier

«C'est horrible», a laissé tomber M. Girard.

«C'est souvent au visage que les enfants sont mordus parce qu'ils ont le visage à la hauteur du chien. Le problème, c'est qu'une morsure, légère pour un adulte, va laisser des cicatrices épouvantables chez un enfant», ajoute-t-il, comparant la peau d'un jeune à du papier. Si la peau d'un adulte est plus épaisse et solide et qu'une morsure contrôlée peut ne laisser qu'un hématome, celle d'un enfant peut déchirer.

La morsure contrôlée - qui ne perce pas la peau - est l'ultime avertissement donné par un chien qui veut qu'on le laisse en paix. Elle peut survenir également si l'animal éprouve de la douleur, lorsqu'il souffre d'une otite, par exemple, et qu'on accroche la zone affectée. «Une morsure contrôlée, ça va être une morsure simple, tu vas en avoir une seule. Si tu en as plusieurs, il s'agit plus d'une morsure de prédation, peut-être même une tentative de mise à mort. Mais c'est quand même assez rare», explique le directeur de la SPA des Cantons.

Les signaux sont nombreux avant que la bête passe à l'acte. Mais pour un enfant de trois ans, ces signaux demeurent abstraits, croit M. Girard. C'est pourquoi la présence d'un adulte attentif et en mesure de reconnaître les avertissements (voir encadré) est nécessaire pour éviter les accidents malheureux.

«Avec un enfant de moins de cinq ans, il faut rester proche, dit Carl Girard. Il faut s'assurer qu'on est là, d'être capable de retirer le chien s'il est tanné. Un accident arrive dans une fraction de seconde.»

Il n'a pas été possible de savoir, mercredi, si les membres de la famille se trouvaient dans la même pièce que la fillette. L'enquête policière le déterminera.

Reconnaître les signes

Depuis des années, Carl Girard s'évertue à faire connaître aux enfants les signaux qu'émettent les chiens lorsqu'ils en ont assez. Avant même l'ouverture de la SPA des Cantons, il y a huit ans, il faisait de la prévention auprès des jeunes dans les CPE, les camps de jour, et même à l'école. Il en rencontre 400 par année. Les enfants repartent avec un feuillet explicatif pour que l'information se transmette aux parents.

Ses gestes de prévention jouent un rôle important sur le nombre de morsures signalées, en constante diminution dans la région, affirme-t-il. En 2014, on a recensé une dizaine de cas, contre cinq ou six jusqu'à maintenant cette année. Cette courbe décroissante se fait sentir depuis cinq ans.

Ces chiens qui ont mordu

Que faire avec un chien qui a mordu? La question est complexe puisque tout dépend des circonstances, inconnues dans l'accident de mercredi. L'animal était-il malade? Avait-il montré des signes d'agressivité?

À titre de directeur de la SPA, Carl Girard croit qu'avec des efforts, il est possible, avec la participation des maîtres, de réhabiliter le chien, qu'il soit replacé ailleurs ou qu'il retourne dans sa famille. Mais en tant que père, le pardon est difficile, avouera-t-il.

La réhabilitation est aussi possible pour les petits humains qui ont été agressés et qui sont demeurés craintifs. «Mon chien est spécialement entraîné pour la prévention des morsures. Si quelqu'un me dit que son enfant a peur des chiens, je peux l'aider. Je n'aime pas voir un enfant qui est traumatisé et dont les parents ont peur de le mettre en contact avec des chiens. Ce n'est pas un bel héritage à laisser à son enfant. Tu ne veux pas qu'il reste avec cette crainte-là.»

Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons. ... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons. 

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Signaux en gradation

• Le chien commence par regarder de côté

• Il se lèche ensuite le bord de la gueule

• Il va se mettre à bâiller démesurément, avec sons

• Il va gronder

• Il va chercher à éviter le contact

• Une certaine tension sera perceptible

• Il peut y avoir une piloérection, alors que les poils de la nuque, parfois jusque dans le bas de dos, se dressent

• Le chien va grogner

• Il peut y avoir en dernier recours une morsure contrôlée

Source: Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer