Au coeur du royaume des jouets

Le père Noël est arrivé dans Thomas le... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le père Noël est arrivé dans Thomas le train pour le plus grand bonheur des enfants.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les astres étaient alignés pour que le Grand défilé de Noël de Granby connaisse un succès retentissant. Une quarantaine de tableaux reliés au monde des jouets des enfants d'aujourd'hui, mais aussi de ceux qui sommeillent dans le coeur des parents et grands-parents, ont égayé la rue Principale, samedi peu avant 17 h.

La Fée des étoiles circulait dans la citrouille... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

La Fée des étoiles circulait dans la citrouille transformée en calèche de Cendrillon en chantant Glory Alleluia et Rockin' around the Christmas Tree.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

«C'est la première fois que je fais ça... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est) - image 1.1

Agrandir

«C'est la première fois que je fais ça dans ma vie!, a lancé, enthousiaste, Alhousseynou Sarr, arrivé du Sénégal il y a trois mois. C'est vraiment beau et je trouve ça génial.» Il interprétait Woody, shérif d'Histoire de jouets.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Pour certains, il s'agissait d'un premier défilé aux mille couleurs. C'est le cas d'immigrants qui ont choisi Granby comme ville d'accueil. Parmi eux, Alhousseynou Sarr, un réfugié de la Mauritanie arrivé au pays via le Sénégal. «C'est la première fois que je fais ça dans ma vie! , a lancé, enthousiaste, le père de famille. C'est vraiment beau et je trouve ça génial. Ma femme et mes deux enfants vont venir. Je sais qu'ils vont être très contents. Mon petit Mohammed, mon plus grand - il a 4 ans - va rire en me voyant.»

C'est qu'Alhousseynou ne faisait pas partie des spectateurs. Il incarnait le shérif Woody, l'un des personnages d'Histoire de jouets regroupés à l'intérieur du char allégorique réservé aux organismes communautaires à vocation humanitaire. Dans le contexte de la crise des migrants, le hasard a bien fait les choses, puisque le tirage au sort a permis cette année SERY d'être représenté.

Derrière le char, des dizaines de nouveaux Granbyens marchaient, le drapeau de leur pays d'origine en main.

Débarqué au Québec avec sa petite famille il y a trois mois seulement, Alhousseynou était très heureux de pouvoir vivre cette magie de Noël.

De Barbie à la Reine des neiges

Les spectateurs, eux, ont eu droit à des chars allégoriques en tous genres. Reine des neiges, pâte à modeler, train avec des images de personnages de Disney, mais aussi véhicules de camouflage de l'armée étaient du défilé.

Un char tout rose attirait les regards: la maison de la célèbre Barbie, interprétée par Genevière Carrier pour l'occasion. «Je n'ai jamais joué à la Barbie de ma vie! , a confié la principale intéressée. Je le fais pour les enfants, pour voir le sourire de mes filles quand elles vont me voir passer.»

Dans le stationnement où tous les participants et les chars se retrouvaient avant le grand départ, plusieurs animaux étaient réunis. Ou, plus exactement, plutôt des têtes d'animaux, enfilées par de jeunes bénévoles. Ils étaient 54 à jouer ainsi un personnage ou à se glisser dans un costume de mascotte.

Portant la tête du zèbre et du lama, Maxim et Kamély représentaient le Zoo de Granby, avec plusieurs autres... dont un porte-parole en chair et en poil: un chameau. D'un calme olympien, l'animal s'est promené à travers les bestioles à fausse fourrure et dans la rue Principale pour faire sourire les enfants.

Le défilé a commencé en force, avec l'animation de Split le clown, et une troupe qui enchaînait les rythmes au tambour. Un peu plus loin, foulard au cou, des chanteuses ont interprété des chansons de Noël.

Madmoiselle a choisi deux mélodies qui sont moins souvent fredonnées, soit la chanson de Stevie Wonder, What Christmas means to me (qu'elle a traduite en français), et Santa tell me, d'Ariana Grande. Sandy Grenier, déguisée en Fée des étoiles, circulait dans la citrouille transformée en calèche de Cendrillon en chantant Glory Alleluia et Rockin' around the Christmas Tree. Pour les deux interprètes, il s'agissait d'une première expérience au défilé de Granby.

Guerre des tuques

Très attendu, le char de la Guerre des tuques a probablement attiré à lui seul des curieux, croit le directeur général de Commerce Tourisme Granby et région, Sylvain Gervais. Après avoir défilé à Montréal, le char a pris la direction de Granby, où il est arrivé juste à temps pour prendre part à l'événement.

«Ça s'est très bien passé à Montréal, a raconté Éric Bachand, de l'Agence Lion. Jonathan Painchaud était sur le char et, aussitôt qu'on arrivait, les gens réagissaient. Le monde applaudissait et embarquait dans le concept. On s'est arrêtés devant les enfants malades de l'hôpital Sainte-Justine.»

Jonathan Painchaud n'était pas à Granby pour interpréter sa chanson servant de trame sonore à la Guerre des tuques, version revisitée, mais on pouvait l'entendre par un enregistrement diffusé dans des haut-parleurs. Et c'était avec la même fierté que l'agence a présenté ce char allégorique aux spectateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer