Aider deux fois plutôt qu'une

Norman Dunn, directeur général et fondateur de SOS... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Norman Dunn, directeur général et fondateur de SOS Dépannage, Jasen Gaouette, copropriétaire du IGA extra Gaouette, et Julie Bourdon, directrice des Cuisines collectives de la Montérégie ont lancé mercredi la campagne Une lumière pour l'espoir au IGA des Galeries de Granby.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

L'activité de financement Une lumière pour l'espoir, qui se déroule depuis des années au IGA extra des Galeries de Granby, est une belle histoire de famille.

Initiée par les anciens propriétaires de l'endroit, les Lefebvre, celle-ci s'est poursuivie avec l'arrivée des Gaouette, toujours dans le but de soutenir les familles défavorisées de la région. Jusqu'au 21 décembre, l'épicerie vendra de petites lumières symboliques au coût de 2 $ et tous les profits iront ensuite à SOS Dépannage Moisson/Granby et aux Cuisines collectives de la Montérégie (CCM).

Cette nouvelle collaboration avec les CCM s'inscrit dans une volonté du supermarché d'être proactif, souligne Jasen Gaouette, copropriétaire du IGA extra Gaouette situé rue Évangéline, à Granby. «Nous voulons donner des outils aux gens qui vivent en situation de pauvreté», dit-il.

«SOS Dépannage est la porte d'entrée pour le dépannage alimentaire, mais ça prend effectivement d'autres organismes pour éviter que les gens en deviennent dépendants», a souligné de son côté Norman Dunn, directeur de SOS Dépannage.

Peu importe le mois de l'année, des gens se présentent à la banque alimentaire de la rue Masson pour bénéficier du service de dépannage.

Le hic, de septembre à décembre: les tablettes de l'organisme se dégarnissent tranquillement.

«On vit un petit creux, souligne M. Dunn. C'est une période plus difficile. Heureusement, les dons de IGA nous permettent d'avoir une réserve, ce qui est grandement apprécié. Merci à eux de poursuivre encore cette année. Et de pouvoir collaborer avec les Cuisines collectives, c'est une très bonne idée.»

La banque alimentaire se servira des dons amassés au IGA extra Gaouette pour se procurer des denrées, périssables ou non, qui manqueront d'ici la tenue de la Guignolée, en décembre.

De leur côté, les CCM les utiliseront pour faire diminuer le coût des portions cuisinées dans ses ateliers destinés aux familles défavorisées.

Les plats concoctés dans les locaux des CCM au Centre communautaire St-Benoit reviennent à environ 0,30 ¢ par portion aux familles, pour un mois.

«En plus de permettre aux gens de socialiser et de développer leur autonomie alimentaire, l'organisme vise toujours à faire diminuer le coût des portions, indique Julie Bourdon, directrice des CCM. Avec cet argent, nous pourrons acheter selon nos besoins et le moment de l'année. Ça va vraiment répondre à un besoin.»

L'objectif visé cette année par la famille Gaouette est de 10 000 $. «On souhaite battre un record!», a avoué Jasen Gaouette.

Dès maintenant, les gens qui souhaitent offrir des denrées pour la Guignolée peuvent le faire en se procurant des sacs déjà préparés au coût de 10 $ ou encore en déposant leurs conserves, boîtes de pâtes alimentaires et autres produits dans les bacs prévus à cet effet dans l'épicerie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer