Été 2018: pénurie de chambres en vue

L'Hôtel Castel de Granby est un partenaire fidèle... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'Hôtel Castel de Granby est un partenaire fidèle du Festival de la chanson, qui fêtera ses 50 ans du 15 au 25 août 2018, tandis que les compétitions équestres se tiendront du 11 au 26 août.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Moins de trois ans avant la tenue des Jeux équestres mondiaux (JEM) à Bromont, des hôteliers d'ici craignent le spectre d'un embouteillage de touristes. Le fait que la compétition hippique coïncide, entre autres, avec le Festival international de la chanson de Granby (FICG) pèse lourd dans la balance en raison de la rareté des chambres. Hôteliers et organisateurs tentent de dénouer l'impasse.

Pour plusieurs établissements d'hébergement de la région, la fin août est une véritable manne, car les attraits touristiques tournent à plein régime. C'est le cas à l'Hôtel Castel de Granby, qui est partenaire du Festival de la chanson depuis des années. L'entrée en scène des JEM vient toutefois brouiller les cartes. «C'est évident qu'il y a un dilemme. Quand les événements sont tous l'un après l'autre, ça fait bouger [l'économie] des villes de la région. Si on concentre tout en même temps, ça devient problématique pour l'hébergement et même dans une certaine mesure pour la restauration», a indiqué la directrice générale de l'hôtel, Louise Bouthiette.

Celle-ci affirme avoir discuté de la situation avec un membre de l'organisation des JEM il y a quelques mois déjà. «Les Jeux équestres ne peuvent pas bouger leur calendrier et ils ont besoin de beaucoup de chambres. Si le Festival [de la chanson] garde sa date, on va vivre avec. Il va falloir faire un choix», a-t-elle mentionné.

Immuable

Le FICG célébrera ses 50 ans en 2018, soit du 15 au 25 août. Tandis que les compétitions équestres se tiendront du 11 au 26 août. En ce qui concerne l'agenda, le directeur général et artistique de l'événement phare de Granby, Pierre Fortier, a soutenu en entrevue que l'organisation demeure immuable sur ce point. «On ne déplacera pas les dates du Festival. Ça a été voté en conseil d'administration, a-t-il précisé. On ne veut pas retourner en septembre à cause de la météo. Et 2018 sera une très grosse édition. Les Jeux équestres, quand ils ont choisi leurs dates, ils auraient peut-être dû aviser les gens autour [dans la région]. Mais ils ne l'ont pas fait et on se retrouve devant un fait accompli. On est à Granby depuis 48 ans, on ne débarque pas à l'improviste.»

M. Fortier ne veut toutefois pas se lancer dans une «guerre de clochers». «Le Castel est un partenaire fidèle du Festival de la chanson et on compte l'être aussi avec eux. En ce qui concerne les Jeux équestres, on est prêts à collaborer pour la production de spectacles s'ils ont besoin d'aide. Et niveau technique, on peut partager des équipements.»

Marge de manoeuvre

Du côté du Domaine Château Bromont, qui totalise 206 chambres, un partenariat est déjà dans les cartons avec le Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM). «Le COJEM nous a demandé d'avoir un bon inventaire de chambres. Comme ce sera un événement international, on s'attend à ce que ce soit presque comblé en totalité», a mentionné le vice-président ventes et opérations du complexe hôtelier, Gilbert Lemieux.

Ce dernier a toutefois concédé que «certains événements seront pénalisés», faisant notamment référence au FICG. «J'ai des groupes qui viennent toujours en août pour des activités d'année en année, a-t-il dit. Alors je dois penser à un plan B.»

La directrice ventes et marketing à l'hôtel St-Christophe, Mylène Massé, tient des propos similaires. «On a rencontré les gens des Jeux équestres et nos [50] chambres sont déjà bloquées pour l'événement en août 2018. Ce ne sont pas nécessairement les touristes qui viendront à notre hôtel, mais plutôt les cavaliers et les entraîneurs.»

Mme Massé a également souligné que la clientèle du Zoo de Granby aura fort à faire pour séjourner dans le coin. «Au-delà du Festival de la chanson, ça me fait surtout peur pour le Zoo. C'est une grosse partie de notre clientèle habituelle en août. Qu'il y ait les Jeux équestres ou non, on est déjà plein à cette période. On n'a pas de marge de manoeuvre, alors on va devoir suggérer aux gens de déplacer leurs vacances si c'est possible. C'est une situation qui demeure préoccupante, mais il faut faire avec.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer