En mode solutions

Le président du COJEM, Luc Fournier, veut établir... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le président du COJEM, Luc Fournier, veut établir un partenariat avec le Festival de la chanson et le Zoo de Granby.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Un effet «d'entonnoir» sera inévitable à la fin août 2018, a indiqué en entrevue le président du Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM), Luc Fournier. Celui-ci a affirmé être en «mode solutions» afin que l'équation soit gagnante pour l'ensemble des joueurs de l'industrie touristique de la région.

«Les Jeux équestres mondiaux n'arrivent pas à Granby avec leurs gros sabots, a illustré M. Fournier. La problématique de l'hébergement se pose avec le Zoo de Granby et le Festival de la chanson. L'idée, c'est d'éviter la confrontation. Au contraire, on va travailler ensemble dans cette dynamique. D'ailleurs, j'imagine que les hôteliers d'ici préfèrent faire affaire avec des gens qui reviennent d'année en année plutôt qu'avec nous qui venons une seule fois. Et c'est tout à fait normal.»

En fait, le COJEM estime que près d'un demi-million de spectateurs assisteront aux compétitions hippiques à Bromont. À cela s'ajoutent environ 1000 cavaliers et leurs équipes de même que les membres du jury. Ceux-ci devront séjourner à proximité du site, a souligné M. Fournier. Les touristes seront donc dirigés vers des hôtels en périphérie. «Il faut être réaliste. On va devoir favoriser l'hébergement vers l'Est, soit Magog, Orford et Sherbrooke. On regarde aussi pour des navettes vers Montréal.»

Forfaits

Bien qu'il ne soit pour rien dans la décision de tenir les Jeux équestres à la fin août, M. Fournier a fait son mea culpa. «C'est certain qu'il va y avoir un embouteillage, un entonnoir à cause des disponibilités des chambres dans la région. Mais décaler l'événement, on ne peut pas. On est dépendants de la Fédération équestre internationale (FEI) qui a décidé des dates. Ça s'intègre dans un calendrier annuel. Alors, je suis certain que la FEI n'a pas pensé au Festival de la chanson dans tout ça. C'est dommage, j'en conviens.»

Celui qui tient les rênes des JEM veut notamment offrir des forfaits aux visiteurs afin que la compétition équestre «rayonne» à travers les autres attraits touristiques et événements de la région. «Souvent, les gens qui viennent voir les Jeux équestres favorisent une ou deux compétitions. Le reste du temps, il faut leur offrir des alternatives et le Zoo de Granby en est une. Même chose avec le Festival de la chanson. On va étudier les possibilités au cours des semaines et des mois à venir avec les dirigeants des deux organisations. C'est évident qu'on veut qu'ils soient nos partenaires.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer