Un partage avec ses proches

Pierre Breton souhaitait être entouré de ses proches... (Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est)

Agrandir

Pierre Breton souhaitait être entouré de ses proches lors de ce moment-clé dans sa carrière.

Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Ottawa) C'est entouré de sa famille et de proches collaborateurs que Pierre Breton a prêté serment à la Reine, mercredi. Un moment clé dans sa carrière que le député souhaitait partager avec ceux qui lui sont chers, et qui sont visiblement très fiers de lui.

«C'est important d'avoir des gens qui nous entourent et qui ont travaillé très fort pour nous au cours des derniers mois», croit M. Breton.

Personne parmi la quinzaine d'invités n'était plus rayonnant que Carmen Cadorette, mercredi. Celle-ci a su très tôt que son fils se retrouverait à la Chambre des communes. «Quand il était petit, on savait déjà qu'il serait en politique, confie-t-elle, le regard complice et empli de bonheur. Il avait du leadership, et on était une famille très politisée [NDLR, le père de M. Breton a été organisateur politique pour l'ancien député de Shefford, Jean Lapierre]. À le voir aller, c'était écrit dans le ciel.»

Que ce jour soit enfin venu est source de grande fierté pour la dame. «C'est toute une émotion, c'est grandiose et indescriptible, avance-t-elle. Il va travailler non seulement pour sa municipalité, mais aussi pour toute la population de son secteur.»

Sophie Cabana abonde dans le même sens, elle qui a accompagné son futur mari dans des activités partisanes dès le début de leur relation.

«Dans la vie, il y a parfois ce qu'on appelle le timing. Dans son cas, c'était le bon moment, explique-t-elle. C'est un accomplissement, quand tu as un rêve dans la vie, et que tu y arrives, que tu le réalises. C'est une fierté énorme, et Pierre a tellement travaillé fort. Sa victoire, il ne l'a pas volée.»

«Il a fait du porte-à-porte tous les soirs de l'été, illustre François Maheu, président de l'association libérale de Shefford. On avait fini (le parti) 4e en 2011, avec 23 000 votes en moins. Il fallait reconstituer un exécutif actif. Et on a pu compter sur une soixantaine de bénévoles à qui on n'avait rien à offrir. C'est une belle victoire, une belle campagne.»

Et maintenant que celle-ci est terminée, ceux qui l'ont soutenu estiment qu'ils seront bien représentés à Ottawa. «Quand il a un dossier dans les mains, il avance avec, ça ne prend pas de temps», affirme le conseiller municipal Serges Ruel, à propos de celui qu'il considère comme un bon collègue, mais aussi un bon ami.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer