Contrat de cinq ans pour les cols blancs de Cowansville

La Ville de Cowansville s'est entendue avec ses... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ville de Cowansville s'est entendue avec ses employés cols blancs sur un contrat de travail de cinq ans prévoyant une hausse salariale de 8 % sur les quatre premières années.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les employés cols blancs de Cowansville sont sous contrat jusqu'à la fin de 2021. Ils ont accepté lundi à l'unanimité de renouveler leur convention collective.

Les discussions ont été courtes avec la Ville. Tout s'est réglé au terme de trois séances de négociations menées en février et mars, a indiqué Anouska Guillemette-Pincince, présidente du syndicat des cols blancs, affilié à la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA). « Les deux parties n'avaient pas beaucoup de demandes. On a présenté les nôtres et on a trouvé un terrain d'entente », explique-t-elle.

Le ton et l'ambiance étaient à la table étaient « excellents », souligne Mme Guillemette-Pincince.

Les 20 cols blancs obtiendront une augmentation salariale de 2 % pour chacune des quatre prochaines années, soit de 2017 à 2020. Ce sont les mêmes hausses que celles consenties aux cols bleus en décembre pour la même période. Ces derniers ont obtenu une hausse de 2,5 % pour l'année 2016.

Pour la dernière année du contrat des cols blancs, l'année 2021, les représentants syndicaux et ceux de la Ville devront s'asseoir pour négocier la hausse de salaire, a dit Mme Guillemette-Pincince.

Les membres de la FISA se sont prononcés lundi sur les modalités de l'entente de principe. Les 12 syndiqués présents l'ont avalisé à l'unanimité.

Les deux parties sont à relire les textes de la nouvelle convention collective, a dit Mme Guillemette-Pincince. Elles devraient se rencontrer dans les prochaines semaines pour la signature des documents. Mardi, le conseil a autorisé le maire à parapher l'entente.

Du côté de la Ville, le maire Arthur Fauteux a tenu à féliciter les représentants des deux parties. « Ils ont bien expliqué leurs demandes et ont pu se mettre rapidement d'accord. On en est très heureux ».

M. Fauteux était confiant qu'un règlement rapide des discussions était possible. Il a rappelé que ces négociations suivent celles menées avec les cols bleus. « Historiquement, une fois qu'on a signé avec un groupe d'employés, ça nous donne une orientation pour les autres groupes. On se fie sur ce qu'on a donné. On veut traiter tous nos employés avec équité. »

Les emplois dans le monde municipal sont recherchés, estime M. Fauteux. Des études démontrent que des écarts salariaux existent avec le secteur privé, mais il faut considérer l'ensemble des avantages, fait-il remarquer. « Les conditions de travail sont bonnes, les fonds de pension sont intéressants et il y a une stabilité dans les organisations. On pense qu'on traite bien notre monde. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer