Quatre pompiers récompensés

Jean-Philippe Guyon, Gaétan Bernier, François Gauvin (en vidéoconférence... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Jean-Philippe Guyon, Gaétan Bernier, François Gauvin (en vidéoconférence sur la tablette électronique) et Claude Rainville ont reçu la médaille des pompiers pour services distingués.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) Trois pompiers et un ancien sapeur de Roxton Pond/Sainte-Cécile-de-Milton ont reçu la médaille de pompiers pour services distingués du gouverneur général du Canada.

Cette médaille a été créée en 1985 pour honorer les pompiers qui franchissent le cap des 20 ans de service. Le directeur du service incendie, Claude Rainville, ainsi que François Gauvin et Gaétan Bernier cumulent tous 21 ans d'ancienneté et sont toujours en service.

M. Gauvin était absent en raison d'un contrat à l'extérieur du pays, mais sa conjointe, Francine, et ses enfants Guillaume et Olivier, qui sont également pompiers, ont reçu la distinction pour lui. Grâce à la magie de la technologie, M. Gauvin était virtuellement avec ses coéquipiers, en vidéoconférence. 

Jean-Philippe Guyon a quant à lui été sapeur pendant vingt ans avant de quitter il y a quelques années pour se consacrer exclusivement à sa carrière de paramédic. M. Guyon est malgré tout le plus jeune du quatuor. Il faut dire qu'il a commencé à travailler pour le service incendie de Roxton Pond alors qu'il avait à peine 14 ou 15 ans.

Le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon, était alors chef du service d'incendie. « Je n'intervenais pas, assure-t-il. Dans le temps, on n'avait pas l'aqueduc et je m'occupais des citernes qu'on remplissait au village. J'ai commencé très jeune et M. Loignon avait fait signer mes parents pour avoir leur autorisation. » 

Au fil des ans, il est intervenu sur différents événements, mais il se souviendra toujours de la crise du verglas de 1998. « Ça a été une grosse affaire ici ! Ça a été spécial dans notre vieille caserne, se souvient le superviseur des ambulances à Granby. On couchait là. On avait accueilli les gens à la vieille caserne et dans un autre bâtiment. C'était deux ou trois semaines presque à temps plein. C'était la débrouillardise. » 

Des accidents qui marquent

Les interventions sur les accidents marquent aussi les mémoires. « Après un grave accident, on pense aux familles, confie Claude Rainville. Ce sont des parties qui sont moins faciles et qu'on essaie de gérer ici. Quand les gens interviennent, on a un bon débrief après pour les soutenir. On les suit parce qu'un choc post-traumatique, ça peut être à retardement. »

« On a des premiers répondants qui voient des choses assez sérieuses. On a beaucoup de chemins - les routes 137 et 139 et le chemin de la Grande Ligne - où ça circule rapidement. Au fil des années, on a vu plusieurs gros accidents. Au niveau incendie, c'est sûr qu'à Roxton Pond ce sont plus des feux de bungalow, de fermes. À Granby, lors du gros incendie sur la Principale (NDLR: incendie qui a détruit deux édifices commerciaux en 2005), Roxton Pond est allé en entraide. J'étais déjà en caserne. C'est moi qui a amené l'échelle et c'est nous qui sommes entrés en attaque en premier. »

M. Rainville, qui est devenu directeur du service de Roxton-Pond/Sainte-Cécile-de-Milton il y a un an, est à même de réaliser à quel point les services incendie ont évolué au fil du temps. Si son collègue Jean-Philippe Guyon a pu exercer le métier avant même sa majorité et sans formation officielle, ce type d'embauche est impensable aujourd'hui avec les cours exigés par le ministère.

« Aujourd'hui, il faut avoir un minimum d'études, ce sont des exigences au niveau de la sécurité. On ne peut plus mettre un appareil respiratoire sur quelqu'un puis l'envoyer au feu. Il y a moins d'accidents, les gens sont plus conscients, plus formés et informés sur les différentes techniques. »

Il souligne d'ailleurs le travail de qualité des capitaines en formation du service incendie, qui forment chaque mois les sapeurs et les premiers répondants de l'organisation. Sur les 48 employés dans les rangs, 31 sont pompiers et 17 sont uniquement premiers répondants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer