Un géant à l'épreuve du temps

Resté droit et fort à travers les décennies,... (Fournie)

Agrandir

Resté droit et fort à travers les décennies, l'orme d'Amérique farnhamien a survécu à d'innombrables intempéries.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Farnham) Pour une deuxième année de suite, les Amis du Jardin botanique de Montréal ont déterminé que «l'arbre de l'année» au Québec se trouve dans la région. L'orme d'Amérique de la ferme Choinière, à Farnham, succède ainsi à un hêtre situé dans le cimetière de l'église de Sainte-Angèle-de-Monnoir.

«La beauté de l'arbre et le contact qu'on a avec lui ont été considérés (par le comité). La façon qu'on l'utilise et le plaisir qu'on a avec aussi», indique Claude Choinière, qui recevra bientôt une plaque souvenir ainsi qu'un abonnement d'un an à certains magazines scientifiques.

Resté droit et fort à travers les décennies, l'orme d'Amérique farnhamien a survécu à d'innombrables intempéries. Il a notamment affronté la tornade ayant frappé les boisés du club de golf local en 1983 ainsi que le verglas de 1998.

«Il y a aussi la fameuse maladie hollandaise de l'orme qui a décimé des millions d'arbres. Ça ne semble pas trop l'affecter pour le moment. Et on a maintenant des contacts au Jardin botanique, donc ils vont sûrement pouvoir nous aider au besoin», se réjouit M. Choinière, pharmacien de profession.

Il demeure toutefois difficile d'évaluer avec précision l'âge de l'arbre. «On ne voulait pas faire de carottage ou n'importe quelle incision qui pourrait être dommageable pour l'arbre. Quand on a acheté la ferme, il avait déjà un certain âge.»

Un lieu de rencontre

Dans son texte transmis au jury du concours, Jean-Philippe Choinière, le fils de Claude, a joliment illustré la place prise par l'orme d'Amérique dans le paysage familial depuis 1940.

«Je suis devenu avec les années un lieu traditionnel de rencontre pour la famille et les amis. J'ai été l'hôte d'un grand mariage et le sujet de plusieurs conversations. On vante ma stature imposante, mais je crois que ma beauté vient avant tout des souvenirs imprégnés dans mon tronc. J'ose rêver que le meilleur reste à venir, que les cerfs-volants continueront de me dépasser dans le ciel et que vous reviendrez ouvrir vos paniers d'osier sous mes feuilles», a-t-il notamment écrit, personnifiant l'arbre.

Quatre arbres ont atteint la finale du concours annuel organisé par les Amis du Jardin botanique de Montréal. Au terme d'un vote ouvert un public, le géant farnhamien a finalement été préféré à ses trois concurrents, soit un peuplier de Saint-Henri, un orme d'Amérique du Vieux-Québec et un érable à sucre de Laval.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer