Changement de zonage contesté: Rougemont recule

«Il a été décidé d'abandonner le projet sachant... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Il a été décidé d'abandonner le projet sachant que fort probablement il ne passerait pas», a indiqué le maire de Rougemont, Alain Brière.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Rougemont) Après avoir jonglé à l'idée de tenir un référendum sur un changement de zonage sur le chemin de Marieville, la municipalité de Rougemont a finalement choisi de laisser tomber.

Réuni en séance ordinaire, lundi soir, le conseil a fait savoir qu'après avoir pris connaissance de la liste des 19 signataires du registre tenu le 19 septembre dernier, il ne poursuivrait pas le processus, convaincu que le règlement n'aurait pas l'aval des citoyens du secteur aptes à voter.

«Il a été décidé d'abandonner le projet sachant que fort probablement il ne passerait pas», a fait savoir le maire Alain Brière, visiblement déçu.

Rappelons que la municipalité souhaitait changer le zonage d'un tronçon du chemin de Marieville, éliminant d'emblée tout usage commercial sur les terrains situés du côté pair entre les adresses40 à 84, ce qui avait suscité le mécontentement et l'inquiétude chez plusieurs résidents.

Strictement résidentiel

Ce faisant, les deux côtés de la route seraient devenus strictement résidentiels, mais les activités commerciales sur le tronçon jouxtant l'intersection avec la route 112 jusqu'à la rue Bruno seraient maintenues et les entrepreneurs et commerçants déjà établis dans la zone concernée bénéficieraient cependant d'un droit acquis, à condition de ne pas cesser leurs activités pendant plus d'un an.

Alors que les opposants s'expliquaient mal ce changement soudain de vocation et s'inquiétaient d'une perte de la valeur des terrains, Rougemont invoquait pour sa part un besoin d'homogénéiser les usages permis sur ce segment du chemin.

Le premier projet de règlement en ce sens avait été présenté en assemblée publique de consultation le 6 juin dernier et adopté le 4 juillet. Le second projet a pour sa part été adopté le 8 août.

Un nombre suffisant de signatures (14) pour forcer la tenue d'un registre ont été enregistrées avant le 23 août. Ledit registre a pour sa part été tenu le 19 septembre dernier, alors que 19 des 22 signataires s'étaient prononcés contre le projet.

À ce moment-là, les élus avaient le choix entre reculer ou tenir un référendum sur la question. C'est cette première option qui a été retenue par la municipalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer