Rougemont ira en référendum

Le maire de Rougemont, Alain Brière.... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Rougemont, Alain Brière.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Rougemont) Le conseil municipal de Rougemont persiste et signe. Il y aura référendum sur le changement de zonage du chemin de Marieville.

Rappelons que l'initiative de la municipalité de changer le zonage d'un tronçon de la route, éliminant d'emblée tout usage commercial sur les terrains situés du côté pair entre le 40 et le 84, chemin de Marieville, avait suscité le mécontentement et l'inquiétude chez plusieurs résidents présents à la séance du conseil de juillet.

Puisqu'un nombre suffisant de signatures (14) a été recueilli au registre dont la tenue s'est conclue le 23 août, les élus avaient le choix entre reculer ou tenir un référendum sur la question. C'est cette deuxième option qui a été retenue par la municipalité.

«On a décidé d'aller jusqu'au bout, a confié le maire Alain Brière au cours d'un bref entretien téléphonique. On a enclenché un processus, on va prendre le pouls de la population, et on va voir ce que ça va donner.»

«Le but, c'est d'uniformiser»

Alors que les opposants s'expliquaient mal ce changement soudain de vocation et s'inquiétaient d'une perte de la valeur des terrains, Rougemont invoque pour sa part un besoin d'homogénéiser les usages permis sur ce segment du chemin.

«Le but c'est d'uniformiser, rappelle le maire Brière. Un côté du chemin, c'est juste du résidentiel. De l'autre, c'est tout mêlé: il y a du résidentiel, du commercial, on retourne à du résidentiel et il y a encore des commerces.»

La date du référendum n'a pas encore été déterminée.

Advenant que la proposition de Rougemont soit acceptée, les deux côtés de la route seraient strictement résidentiels. Les activités commerciales sur le tronçon jouxtant l'intersection avec la route 112 jusqu'à la rue Bruno seraient maintenues et les entrepreneurs et commerçants déjà établis dans la zone concernée bénéficieraient cependant d'un droit acquis, à condition de ne pas cesser leurs activités pendant plus d'un an.

M. Brière assure que le choix des voteurs sera respecté. «On va s'enligner avec le résultat. Si ça passe, on aura un changement de zonage. Mais si ça ne passe pas, il n'y aura pas de changement, c'est aussi simple que ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer