Nouvel élan pour le bobsleigh au Québec

Le chariot sur rail de la piste de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le chariot sur rail de la piste de 130 m permettra notamment aux athlètes d'élite de s'entraîner en vue de compétitions d'envergure durant la majeure partie de l'année.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Waterloo) Yannik Morin rêve depuis un bon moment de faire de Waterloo la plaque tournante du bobsleigh au Québec. Un grand pas a été franchi en ce sens, dimanche après-midi, alors qu'on a inauguré la première piste de poussée de bobsleigh dans l'est du Canada.

Yannik Morin est fier d'inaugurer la nouvelle piste... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Yannik Morin est fier d'inaugurer la nouvelle piste de poussée de bobsleigh de Waterloo, «une première dans l'est du Canada».

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Membre de l'équipe canadienne «développement», Sara Dagenais s'est... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.1

Agrandir

Membre de l'équipe canadienne «développement», Sara Dagenais s'est récemment installée dans la région. La bobeuse espère que les nouvelles installations l'aideront à se tailler une place au sein de la première équipe.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Propriété de la Ville de Waterloo, l'infrastructure est située dans le parc des Générations, à l'angle de la rue Lewis et de l'avenue du Parc. Le chariot sur rail de cette piste de 130 m permettra notamment aux athlètes d'élite de s'entraîner en vue de compétitions d'envergure durant la majeure partie de l'année.

«Le défi d'organiser des Jeux olympiques d'hiver est d'avoir à sa disposition une piste complète de bobsleigh. Mais avec la nôtre, on peut reproduire le processus de poussée nécessaire sur n'importe quelle piste dans le monde», mentionne Yannik Morin, qui est notamment le président et cofondateur de la fédération Bobsleigh Skeleton Québec.

«C'est une première dans l'est du Canada. Si tu veux t'entraîner en bobsleigh, tu peux aller à Calgary, à Waterloo, à Lake Placid ou à Salt Lake City. On vient de nommer les quatre sites du sport en Amérique du Nord.»

Si la nouvelle piste de poussée doit également servir à des athlètes provenant de l'Ontario et des Maritimes, Morin espère qu'elle contribuera surtout à redorer le blason du Québec sur l'échiquier du bobsleigh au pays.

«Avant 1988, les Québécois dominaient sur l'équipe nationale. Mais on a ensuite construit des infrastructures de haut niveau à Calgary et à Whistler pour les Jeux olympiques. À partir de là, on a commencé à perdre du terrain», regrette le Sheffordois, qui a lui-même participé aux Olympiques de Salt Lake City en 2002.

Opération séduction

Yannik Morin souhaite maintenant que la piste de poussée de Waterloo attire plusieurs athlètes de haut niveau dans la région.

C'est déjà chose faite dans le cas de Sara Dagenais. Membre de l'équipe canadienne «développement», elle s'est récemment installée dans la région. La bobeuse espère que les nouvelles installations l'aideront à se tailler une place au sein de la première équipe.

«Moi, je suis freineuse. Donc c'est principalement ça que je fais, pousser. Si je m'améliore dans cette facette-là, ça peut faire la différence dans mon cas. (...) Mon objectif, c'est vraiment les Jeux olympiques de Pyeongchang (en Corée du Sud) en 2018.»

L'opération séduction afin d'attirer d'autres adeptes du bobsleigh est définitivement lancée. Lors de l'inauguration de dimanche, on a tenu des compétitions amicales impliquant autant des néophytes que des bobeurs de différents niveaux.

«C'était vraiment une belle journée, avec un très bel engouement, se réjouit Yannik Morin. Il y a un duo de Québec (formé de William Auclair et de Charles Huet) qui a offert des performances exceptionnelles. Ce sont des candidats parfaits pour le bobsleigh.»

Deux Olympiens de Rio ont également accepté l'invitation, soit le cycliste Hugo Barrette (qui s'entraîne régulièrement centre national de Bromont) et l'haltérophile Pascal Plamondon. Si Barrette a surtout participé pour le plaisir, Yannik Morin indique que Plamondon, lui, a déjà fait part de son intérêt pour le bobsleigh une fois que sa carrière en haltérophilie sera terminée.

Sans surprise, Sara Dagenais et sa partenaire Catherine Medeiros ont survolé la compétition du côté féminin.

Ouverte au grand public

Soulignons que la piste de poussée sera également ouverte au grand public. Moyennant certains frais, des groupes pourront par exemple suivre des cours d'initiation au bobsleigh avant de tester leurs habiletés.

Des jeunes de la région y auront également accès en raison de partenariats avec différentes écoles.

«Je pense que ça va vraiment aider la visibilité du sport, souligne Sara Dagenais. Pour un jeune, c'est très facile de commencer à jouer au hockey, au soccer ou au baseball. Pour le bobsleigh, c'est autre chose. Ils vont maintenant avoir la chance d'essayer ça.»

Yannik Morin y voit un potentiel très concret. «J'ai dirigé l'équipe canadienne aux Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer (en Norvège) cet hiver. J'espère qu'on aura aussi un beau groupe pour la prochaine fois.»

La Ville derrière le projet

La nouvelle piste de poussée de bobsleigh n'aurait jamais vu le jour sans la contribution de la Ville de Waterloo, qui a entièrement financé sa construction.

«Quand on m'a dit que ce serait unique dans l'est dans Canada, je me suis dit: "voilà quelque chose qui peut nous aider à nous démarquer". On tient à avoir une signature particulière à Waterloo», explique le maire, Pascal Russell.

M. Russell y voit également l'occasion de raviver un partenariat fort prolifique jusqu'à maintenant.

«C'est la troisième fois que je travaille avec Yannik pour un projet, et ça a toujours été des succès. Il y a eu son gym, La Taule, puis la compétition d'hommes forts qu'il a lancée l'an dernier. (...) Il y a des gens que tu dois encourager parce que tu sais qu'ils vont te donner leur 200% pour faire grandir la communauté. C'est le genre de travail que Yannik Morin fait à Waterloo.»

L'ajout de la piste de poussée s'inscrit dans le cadre d'un projet de grande envergure au parc des Générations. On compte notamment y bâtir des jeux de fers, des paniers de basketball et une piste de BMX entièrement asphaltée. La facture totale s'élèvera à près de 130 000$.

«Ça va nous permettre d'avoir un site avec de nombreux attraits, situé en plein coeur de la municipalité et près des écoles», souligne Pascal Russell.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer