Roxton Pond se mobilise derrière Synthia Harnois

Synthia Harnois, une mère de famille monoparentale originaire... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Synthia Harnois, une mère de famille monoparentale originaire de Roxton Pond et maintenant établie à Granby, a perdu la vue de son oeil droit après plusieurs mois de maladie.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) On dit qu'il faut un village pour élever un enfant. Dans le cas qui nous intéresse, un village entier aide l'un de ses enfants. C'est ce qui arrive à Synthia Harnois, alors que Roxton Pond tout entier se mobilise pour l'aider à traverser la tempête qu'est le cancer.

Atteinte d'un mélanome à l'oeil, Mme Harnois, une mère de famille monoparentale maintenant établie à Granby, a besoin de temps pour guérir. Elle a perdu la vue de son oeil droit après plusieurs mois de maladie.

«Je trainais tout le temps une fatigue. Au printemps, j'attrapais tout: grippe, rhume, infections, gastro... En mai et en juin, je n'étais plus capable de manger ou de boire», raconte celle qui a dû par la suite être hospitalisée.

Quelques semaines plus tard, la mère de 35 ans s'est mise à avoir des hallucinations visuelles. Ses perceptions des distances et des profondeurs, notamment, ont aussi changé. «Je rentrais dans les murs, je n'arrivais plus à attraper la poignée de porte...»

Après avoir consulté à Sherbrooke, elle a été référée à Montréal où une spécialiste a été catégorique: un cancer.

Un diagnostic coup de poing, d'autant plus que son frère est en rémission d'un cancer du cerveau. «Pour moi, c'est prise deux. Avant même que je sois diagnostiquée, je savais ce qui m'attendait», affirme Mme Harnois, qui qualifie de «traumatisant» le fait de perdre la vue. Aujourd'hui, avec un peu de recul, elle parvient à aborder la question avec une pointe d'humour.

Briser le silence

Jusqu'à tout récemment, Mme Harnois avait gardé le diagnostic pour elle. L'aide de quiconque n'était pas envisageable. «Je suis tellement orgueilleuse...», reconnaît celle qui a dû fermer sa clinique de massothérapie à la fin juin, le temps de se concentrer sur sa guérison.

Or, sa compagnie d'assurances ne considère pas la perte de son oeil comme une excuse valable pour indemniser son arrêt de travail, d'autant plus que la travailleuse autonome a refusé un traitement sans garantie qui nécessiterait l'extraction de l'organe affecté. Son dossier est présentement en processus de révision.

«Pour eux, perdre un oeil ne m'empêche pas de masser. Mais c'est un stress dont je n'ai pas besoin. Un diagnostic de cancer, c'est comme se faire dire: "Salut, ça se peut que tu meures"», déplore la femme, qui a choisi de se tourner vers des traitements naturels pour se soulager.

«C'est ce qui me rejoint le plus pour le moment entre ne pas savoir ce qui pourrait arriver à l'hôpital et me sentir mieux», explique-t-elle. On va voir si un jour l'opération est inévitable, ou pas.»

À bout de ressources, elle a finalement dû briser le silence, dans une vidéo diffusée plus tôt cette semaine sur la plateforme Indiegogo, où elle sollicite des dons. En quatre jours, ceux-ci ont atteint 2375$. Auparavant, la dame a épuisé les Régimes d'épargne étude auxquels elle contribuait depuis une décennie pour ses deux fils, en plus de s'endetter.

Générosité

Il n'a pas fallu de temps pour que des proches se mobilisent pour venir en aide à Mme Harnois.

Mercredi, un souper-bénéfice aura lieu au restaurant Luigi's de Roxton Pond à l'initiative du cousin de Mme Harnois, Karl Magnone. Une dizaine de places sur les 60 disponibles n'ont pas encore trouvé preneur. «L'objectif, c'est de créer un moment agréable, une soirée positive à l'ambiance festive pour qu'on ait du plaisir», explique M. Magnone.

«Synthia est une personne très généreuse avec son entourage, poursuit-il, alors on veut s'assurer qu'elle puisse passer à travers. Elle reste forte: c'est un beau message qu'elle envoie, de ne pas se laisser abattre.»

Le 21 septembre, un souper spaghetti est prévu au Pub MacIntosh de Bromont. C'est sa coiffeuse, Kenya Lapalme Quilliams, qui est derrière le projet. «Mon père a eu un cancer à 30 ans et un autre à 50, alors ça me touche beaucoup. C'est une grosse épreuve à passer pour elle», confie la Granbyenne.

Un autre souper spaghetti, assorti d'une soirée dansante, aura aussi lieu le 8 octobre prochain au Centre communautaire de Roxton Pond. La situation rappelle de douloureux souvenirs à l'organisatrice France Daigle, la cousine de la mère de Mme Harnois, puisque sa fille aussi a survécu à un cancer. «Ça nous a touchés droit au coeur, surtout parce que la famille est déjà passée par là avec son frère, explique-t-elle. C'est très difficile pour ses parents.»

Mme Daigle espère réunir de 300 à 350 personnes à son événement. Si la salle sera prêtée gratuitement par la municipalité, la dame souhaite dénicher des commanditaires afin que toutes les recettes de la soirée aient dans les poches de Mme Harnois.

Le 5 novembre, un tournoi intérieur de dek hockey aura lieu en son honneur au Dix10, à Granby. Neuf équipes sur une possibilité de seize sont inscrites pour la journée familiale d'activités dont les profits seront remis à Mme Harnois. Le tout a été mis sur pied par une cousine éloignée, Audrey Couture. «On se connaît depuis qu'on est toutes petites, explique celle-ci. On a tous pensé à ce qu'on pouvait faire pour l'aider.»

Enfin, les pompiers de la municipalité pourraient également tenir un lave-o-thon éventuellement, a-t-on appris.

Voir la vie du bon côté

Mme Harnois est très émue de la vague de soutien à son endroit. «Je suis surprise par tout cet amour», confie-t-elle, promettant de faire un usage diligent des sommes reçues.

Entre temps, la Granbyenne tente de demeurer positive pour mettre toutes les chances de son côté. «Il faut envisager la fin aussi. Mais je fais ce que mon coeur me dit de faire.»

«Je rêve à des projets, je ne sais pas quoi encore, mais je sais que je dois m'accrocher à quelque chose pour passer à travers, ajoute-t-elle. Dans chaque situation, il y a une opportunité de grandir, d'apprendre une leçon et de voir du positif.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer