Graymont s'entend avec les municipalités

Un aperçu de l'endroit où doit être construite... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un aperçu de l'endroit où doit être construite la future zone récréotouristique.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Bedford) Piloté par la multinationale Graymont, le Projet Héritage a franchi une étape majeure jeudi. L'entreprise spécialisée dans la production de chaux et de produits calcaires s'est entendue avec les trois municipalités concernées, soit la Ville de Bedford, Stanbridge-Station et le Canton de Bedford.

«Les investissements que Graymont entend consacrer dans le... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

«Les investissements que Graymont entend consacrer dans le cadre d'Héritage demeurent, à nos yeux, une façon tangible de créer de la valeur. De contribuer de façon durable à la qualité de vie des employés et de l'ensemble des collectivités de qui l'entoure», a indiqué Sébastien Villeneuve, directeur de l'exploitation pour l'Est du Canada chez Graymont.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Le maire de la Ville de Bedford, Yves... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est) - image 1.1

Agrandir

Le maire de la Ville de Bedford, Yves Lévesque.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Confrontée à un important problème, Graymont a entrepris il y a six ans d'empiler la pierre non valorisable de la carrière de Bedford afin de construire un immense parc comprenant trois collines et une zone récréotouristique. Le tout afin d'assurer la pérennité de la région pour une quarantaine d'années supplémentaires.

Afin de poursuivre les procédures, la multinationale devait toutefois trouver un terrain d'entente avec les municipalités qui accueilleront le futur parc. C'est maintenant chose faite.

400 000$ pour l'aréna

Graymont dégagera plus de 15 M$ dans le cadre du Projet Héritage et d'autres initiatives connexes. De ce montant, 2,5 M$ serviront à la création d'un fonds visant à couvrir les frais de gestion et d'entretien du parc. Deux autres millions seront distribués à différents «projets communautaires complémentaires», dont 400 000$ pour la réfection de l'aréna de Bedford.

«Graymont a vraiment été à l'écoute de nos demandes. Pas d'aréna, pas de projet», a indiqué en conférence de presse le maire de la Ville de Bedford, Yves Lévesque.

«On ne pouvait pas encore l'annoncer, mais c'est vraiment très important pour nous, a-t-il ajouté en entrevue avec La Voix de l'Est. En tout, on parle d'un projet d'environ 2 M$.»

À terme, la Ville de Bedford se verra également offrir 30 nouveaux terrains résidentiels. Graymont fera aussi un don de 500 000$ à la Société d'agriculture de Missisquoi pour faciliter l'achat d'un terrain convoité.

«Les investissements que Graymont entend consacrer dans le cadre d'Héritage demeurent, à nos yeux, une façon tangible de créer de la valeur. De contribuer de façon durable à la qualité de vie des employés et de l'ensemble des collectivités qui l'entoure», a indiqué Sébastien Villeneuve, directeur de l'exploitation pour l'Est du Canada chez Graymont.

Les autres élus impliqués dans les négociations se sont également réjouis des ententes signées plus tôt dans la journée.

«Graymont est sans contredit un acteur économique important pour notre région. Et qui a sans cesse démontré son ouverture à appuyer les priorités régionales et les communautés du Grand Bedford. Il devenait donc capital de conserver cette entreprise dans notre région», estime le maire du Canton de Bedford, Gilles St-Jean. Selon les plans actuels, la petite municipalité accueillera près de 80% du futur parc.

«En plus de répondre aux besoins de l'entreprise, le projet permettra de soutenir le développement économique et le tourisme dans la région, autant en saison hivernale qu'estivale», souligne pour sa part Gilles Rioux, premier magistrat de Stanbridge Station.

Des autorisations nécessaires

Graymont espère lancer les travaux au cours du deuxième trimestre de 2017. Pour ce faire, la multinationale doit cependant obtenir l'approbation du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques ainsi que des permis de construction auprès des autorités municipales.

Si tout se déroule comme prévu, la première colline et la zone récréotouristique pourraient être complétées d'ici quatre ans. Des sentiers de randonnées, un terrain de jeu pour enfants et un amphithéâtre sont notamment prévus.

Les collines 2 et 3 doivent quant à elles suivre dans un horizon de vingt ans.

Les parties impliquées ont convenus de certaines mesures d'atténuation durant les travaux. On devrait notamment installer des clôtures afin de diminuer l'impact visuel pour les communautés environnantes. On portera également attention au bruit et aux déplacements de la poussière de roche.

Graymont opère le gisement de Bedford depuis une vingtaine d'années. La carrière génère environ 220 emplois directs et indirects, ce qui correspondant, selon la documentation fournie, à près de 15% de l'activité économique dans la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer