Une facture salée pour Blanca et Killer

Blanca et Killer, des chiens pitbulls, ont «tué... (Fournies par la SPA des Cantons)

Agrandir

Blanca et Killer, des chiens pitbulls, ont «tué sur le champ» un chien de race carlin, le 24 juillet dernier. Les deux chiens «(...) ont d'ailleurs continué à s'acharner sur le chien (...) l'éviscérant et le dévorant (...)», lit-on dans une requête de la Ville de Cowansville à la Cour supérieure.

Fournies par la SPA des Cantons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) L'affaire «Blanca et Killer» coûtera des milliers de dollars à la Ville de Cowansville en frais juridiques et en service de garde pour les deux chiens de race pitbull.

Alexandre Beaudoin et sa mère, Chantal Beaudoin, n'ont... (Tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Alexandre Beaudoin et sa mère, Chantal Beaudoin, n'ont pas fait euthanasier leurs chiens Blanca et Killer comme l'ordonnait la Ville de Cowansville. L'administration municipale demandera mardi à la Cour supérieure l'autorisation de procéder à l'euthanasie des deux pitbulls.

Tirée de Facebook

«On a des cas où des gens ne... (Archives La Voix de l'Est) - image 1.1

Agrandir

«On a des cas où des gens ne devraient pas avoir de chien du tout», dit le directeur général de la SPA des Cantons, Carl Girard.

Archives La Voix de l'Est

L'administration municipale a jusqu'ici dépensé environ 8000 $ en frais de consultation juridique pour valider son nouveau règlement sur les animaux dangereux, a indiqué en entrevue Stéphanie Déraspe, greffière de la Ville. Cette facture grimpera puisque la Ville s'adressera mardi à la Cour supérieure pour obtenir l'autorisation de procéder à l'euthanasie des deux chiens jugés dangereux par deux experts. Le cabinet Racicot Chandonnet représente la Ville dans cette cause.

Par ailleurs, à ces frais juridiques, il faut ajouter environ 1000 $ en lien avec la garde des deux chiens, les honoraires d'expertise du vétérinaire ainsi que le transport des bêtes à Sherbrooke dans un autre centre pour animaux pour assurer qu'elles ne feront pas l'objet d'une autre tentative d'enlèvement.

La Ville devra assumer seule les frais judiciaires en plus des coûts des euthanasies qu'elle demande à la cour, a dit Me Déraspe. Les autres frais, comme le prévoit le nouveau règlement sur les animaux dangereux, seront facturés aux propriétaires des deux chiens.

Le directeur général de la SPA des Cantons, Carl Girard, a peu d'espoir de récupérer cet argent. «Je ne pense pas qu'ils vont nous rembourser les frais qu'on a dépensés. On va mettre une croix là-dessus. C'est dur pour nous parce qu'on n'a pas beaucoup de moyens (financiers)». M. Girard veut aborder la question avec la Ville.

Dans sa requête présentée à la Cour supérieure, la Ville identifie Chantal Beaudoin et son fils Alexandre Beaudoin comme les propriétaires respectifs de Blanca et Killer. La requête de la municipalité s'explique par le refus des deux propriétaires de faire euthanasier leurs chiens à la suite des conclusions d'un vétérinaire et d'un spécialiste de contrôle animalier selon lesquels ils représentent des dangers pour la population.

Le 24 juillet dernier, les deux pitbulls ont attaqué puis tué un chien de race carlin sous les yeux horrifié de son maître, Michael Jameson. L'attaque a été vicieuse, selon la description faite dans la requête de la Ville. On y lit que Blanca et Killer ont «tué sur-le-champ» la petite bête. Les deux chiens «(...) ont d'ailleurs continué à s'acharner sur le chien de M. Jameson, l'éviscérant et le dévorant (...).» Ils ont également mordu M. Jameson.

Pour les deux experts qui ont examiné les chiens, le vétérinaire Israël Naud et M. Girard, ils doivent être euthanasiés. «(...) Les chiens représentent un risque de morsure très élevé» et ils sont «en mode attaque en permanence», soutient la requête de la Ville.

Autre amende

M. Beaudoin n'en a pas fini avec la SPA des Cantons. Il s'est vu signifier la semaine dernière une amende de 145 $ pour son autre chien pitbull. L'organisme, agissant à la suite d'une plainte, a constaté que la bête était agressive.

«On tourne en rond», a indiqué M. Girard. «On a des familles qui adoptent des pitbulls et on n'en entendra jamais parler parce qu'elles s'en occupent bien. Les chiens jouent avec les enfants et ne les mordront jamais. Mais on a des cas où des gens ne devraient pas avoir de chien du tout. Peu importe la race qu'ils ont, les chiens deviennent des problèmes. Ce n'est pas la race de pitbull qu'on doit bannir, c'est de permettre à certaines personnes d'avoir un chien.»

Nous avons tenté de communiquer avec M. Beaudoin lundi. Nous n'avons pas pu lui parler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer