Ottawa octroie plus de 369 000$ pour la réfection de l'Estriade

Le maire de Waterloo et président de CARTHY,... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Waterloo et président de CARTHY, Pascal Russell, le maire de Granby et préfet de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin, et le député libéral de Shefford à Ottawa, Pierre Breton, sur la piste cyclable retapée.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) Les coûts de réfection de la piste cyclable l'Estriade seront assumés en partie par le gouvernement fédéral. Une contribution non remboursable de 369 643$ viendra supporter la MRC de la Haute-Yamaska et la Corporation d'aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska (CARTHY), qui avaient dû allonger la somme de 1 264 000$ pour réaliser l'ensemble des travaux de réhabilitation, menés de juillet à novembre 2015.

Le député libéral de Shefford à Ottawa, Pierre Breton, a fait l'annonce de cet octroi mardi matin au parc de la Cabouse, à Waterloo. Qualifiant l'Estriade de véritable fleuron national «ayant transformé à jamais la pratique du vélo», le politicien a rappelé que ce dossier avait été le tout premier soumis après son arrivée en poste en 2015. «Quarante-huit heures après mon élection, j'avais un appel de Pascal Russell pour me présenter cette demande de subvention. Il m'a mis au défi! C'était mon premier dossier; il ne fallait pas que je manque mon coup!», a blagué M. Breton.

Construite il y a 25 ans sur l'ancienne voie ferrée traversant Granby, Shefford, Bromont et Waterloo, l'Estriade avait grand besoin d'une cure de jeunesse, tant pour des raisons de qualité que de sécurité.

Les travaux, réalisés sur les 21 kilomètres de la piste entre la rue de la Gare à Granby et le lac Waterloo, ont permis de résoudre les problèmes de drainage de la chaussée, de refaire la surface, de la marquer et d'installer des panneaux de signalisation. Ce chantier, a rappelé le maire de Waterloo et président de CARTHY, Pascal Russell, avait été approuvé à l'unanimité par les élus de la région.

En raison de l'urgence de la situation, les organismes avaient exceptionnellement pris la décision de démarrer les travaux, en se croisant les doigts pour que l'octroi soit accordé dans le cadre du Programme d'infrastructure communautaire de Canada 150. «On cadrait bien dans le programme», affirme M. Russell, en faisant remarquer que cette contribution fédérale permettait désormais de réduire le fardeau financier des contribuables. «On a maintenant un tracé tout neuf pour les 25 prochaines années, j'espère!»

Un «milieu de vie»

Cycliste assidu de l'Estriade, le maire de Granby et préfet de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin, a pour sa part insisté sur le caractère exceptionnel de ce «milieu de vie» qu'il n'hésite jamais à faire découvrir aux visiteurs des quatre coins du monde. Arrivé au point de presse à vélo, il a d'ailleurs invité les citoyens à s'approprier ces installations.

Les gens de la région ne sont pas les seuls à les fréquenter. Les statistiques révèlent que l'Estriade et le réseau cyclable de la Haute-Yamaska génèrent chaque année plus de 400 000 passages et entraînent des retombées économiques de 3,7 millions$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer