Le contrat octroyé pour la démolition du pont Eugène-Boisvert

Les travaux de démolition du pont Eugène-Boisvert commenceront... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les travaux de démolition du pont Eugène-Boisvert commenceront d'ici deux semaines et devront être complétés le 1er novembre, à temps pour le magasinage des Fêtes.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Cowansville) Cowansville a octroyé, lundi, le contrat de démolition du pont Eugène-Boisvert. C'est l'entreprise Excavation St-Pierre et Tremblay Inc. qui exécutera les travaux, prévus dès la fin août. Le chantier sera le plus important que la municipalité a connu depuis la réfection de la rue Principale, en 2014.

La Ville de Cowansville envisage un réaménagement complet... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

La Ville de Cowansville envisage un réaménagement complet du parc Centre-ville. Elle pourrait lancer un appel d'offres à l'hiver 2017.  

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Le montant du contrat s'élève à 2 562 263, 78 $ et comprend la démolition de la structure, la construction d'un tronçon de la rue Principale pour remplacer le pont, la réinstallation de l'aqueduc ainsi que l'aménagement paysager qui sera nécessaire après le passage de la machinerie.

Cette dernière partie pourrait faire l'objet d'un nouvel appel d'offres en janvier 2017, a confié à La Voix de l'Est Sylvain Perreault, surintendant aux infrastructures et immobilisations à la Ville de Cowansville. «Le conseil municipal aimerait qu'on réévalue complètement l'aménagement de l'ensemble du parc» dit-il, afin de le dynamiser.

Le parc Centre-Ville pourrait ainsi subir une cure de jeunesse dès le printemps 2017, et faire place à une flore plus diversifiée que la verdure actuelle. Le dossier sera discuté cet automne à l'hôtel de ville, lors de la planification du budget 2017.

À temps pour les Fêtes 

Les travaux de démolition du pont Eugène-Boisvert commenceront d'ici deux semaines. «Déjà, on commence à faire un peu de signalisation pour informer les gens que ça s'en vient», informe Sylvain Perreault.

Les travaux devront être complétés le 1er novembre, précise-t-il. «Notre objectif, c'est que ce soit fonctionnel pour le temps des Fêtes, que les gens puissent aller magasiner les cadeaux de Noël au centre commercial sur la rue Principale.» C'est également ce qui a été convenu avec les commerçants.

Pendant la durée du chantier, la rue Principale sera complètement fermée à la circulation entre la rue de Normandie et la bretelle d'accès séparant le Cinéma Princess du centre commercial Domaine du Parc. Le tronçon de la rue Principale situé entre les rues de Normandie et James sera quant à lui réservé à la circulation locale.

Ce chantier est le plus important prévu à Cowansville en termes de coût depuis la réfection de la rue Principale, en 2014. Plus de 5 millions $ avaient alors été investis dans le mégaprojet.

Nature des travaux

«On abaisse la rue au niveau du stationnement qui est dans le centre-ville. Il n'y aura plus de structure de pont, on fait une structure de chaussée normale», résume Sylvain Perreaut.

La construction de ce nouveau tronçon nécessitera un réaménagement de l'aqueduc. «Présentement, l'aqueduc passe dans le sentier au côté du pont. On va ramener les conduites dans la rue», explique le surintendant aux infrastructures et immobilisations.

La rampe d'accès pour les personnes à mobilité réduite sera déplacée. Actuellement, elle est située sur la façade du centre commercial donnant sur la rue Principale. «Étant donné qu'on démolit le pont, la rampe d'accès est trop haute; on en fait une nouvelle dans le stationnement qui est en face du Tigre géant», détaille M. Perreault.

Rappelons que le pont Eugène-Boisvert ne surplombe aucun cours d'eau. En dessous se trouvent les locaux de l'ancienne bibliothèque municipale, relocalisés dans la rue du Sud.

Moins d'entretien

La démolition du pont est prévue depuis 2011, alors qu'un rapport de la firme d'ingénierie granbyenne EXP confirmait l'état de désuétude de la structure. «Ils nous donnaient 5 ans pour le démolir», rappelle Sylvain Perreault. Le rapport précisait que 50 % de l'armature d'acier était non fonctionnelle.

Diverses interventions ont par la suite été déployées pour assurer la sécurité des usagers jusqu'à ce jour, notamment la correction de pavages pour bloquer les infiltrations d'eau, le remplacement de planches et de pierres et l'installation de pieux pour soutenir la structure aux endroits plus fragiles. Le poids de charge des camions qui passaient sur le pont a également été revu à la baisse.

«Si on avait gardé le pont, c'était presque aussi cher que de le démolir», indique M. Perreault. Le pavage de la rue qui remplacera la structure demandera beaucoup moins d'entretien que le pont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer