Le maire de Farnham hospitalisé d'urgence

Le maire Hüsler a perdu connaissance vendredi dernier... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire Hüsler a perdu connaissance vendredi dernier à l'hôtel de ville.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Le maire de Farnham, Josef Hüsler, a été hospitalisé d'urgence la semaine dernière après avoir perdu connaissance à l'hôtel de ville.

L'homme de 70 ans a été transporté directement au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke vendredi dernier. Les médecins l'ont plongé dans un coma artificiel pour stabiliser son état.

Il a pu retourner chez lui mercredi soir. «On est chanceux parce qu'on a une formidable équipe de médecins et d'infirmières pour s'occuper de nous», a confié le maire de Farnham.

C'est la deuxième fois en quelques années que M. Hüsler est victime d'un malaise similaire, explique-t-il. Ses problèmes remontent à un accident d'automobile au cours duquel il a subi une fracture du crâne.

Il prend des médicaments depuis pour éviter que son cerveau subisse trop de pression. Le dosage des médicaments pourrait ne plus être suffisant, selon ce que les médecins lui ont dit.

M. Hüsler dit s'être senti mal alors qu'il se trouvait à son bureau à l'hôtel de ville. Il en a informé le directeur général, François Giasson, lui demandant qu'on le reconduise chez lui.

«C'est là que le maire a perdu connaissance», a dit M. Giasson. «On n'a pas pris de chance et on a immédiatement appelé l'ambulance.»

«Je me rappelle avoir demandé qu'on me ramène chez moi, puis plus rien», a raconté M. Hüsler, à qui nous avons pu parler en matinée jeudi. «Ça va mieux. Beaucoup mieux. Je vais pouvoir retourner au travail. On oublie et on continue.»

C'est une année difficile au plan santé pour le maire. Au printemps, il s'est fracturé des côtes lors d'un accident à sa ferme laitière.

M. Hüsler travaille plusieurs heures par semaine à sa ferme laitière ainsi qu'à l'hôtel de ville. Il reconnaît qu'il devrait ralentir la cadence, mais que ce n'est pas dans son tempérament.

 «Peut-être est-ce du surmenage. Mais j'ai des responsabilités et je vais les assumer jusqu'au bout», dit-il à propos de son travail de maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer