Agression à Saint-Hyacinthe : un Gardangeois au banc des accusés

Six personnes ont été impliquées dans une agression... (Bruno Beauregard collaboration spéciale)

Agrandir

Six personnes ont été impliquées dans une agression armée, mardi soir, à Saint-Hyacinthe. Un Gardangeois de 26 ans est l'un des deux suspects arrêtés.

Bruno Beauregard collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

Une agression armée impliquant au moins six personnes à Saint-Hyacinthe s'est soldée par l'arrestation de deux hommes, dont un Gardangeois de 26 ans, qui font face à une kyrielle d'accusations. Quatre personnes ont été blessées. La vente de stupéfiants serait à l'origine de cette affaire.

Une pluie d'accusations ont été déposées contre Alexandre Lemire Gosselin, 26 ans, d'Ange-Gardien et Jonathan Lafrenière-Milot, 26 ans, de Saint-Hyacinthe. Ils sont notamment accusés d'agression armée, de voies de fait, de menaces et de bris d'engagement et de probation. Jonathan Lafrenière-Milot est aussi inculpé d'extorsion et de vol qualifié.

Les deux hommes sont soupçonnés d'être les auteurs d'une agression armée survenue dans un immeuble à logements de la rue Rouleau et à l'extérieur du bâtiment, mardi soir, à Saint-Hyacinthe. Quatre personnes ont été blessées, mais une seule a été transportée par ambulance à l'hôpital de Saint-Hyacinthe pour soigner des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger.

«Au moins six personnes ont été impliquées, précise la sergente Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec en Montérégie. Ce n'est pas impossible qu'il y ait d'autres arrestations.» Deux victimes habiteraient l'immeuble où l'agression s'est produite.

Les deux suspects ont été arrêtés sur les lieux. Après avoir passé la nuit derrière les barreaux, ils ont été formellement inculpés mercredi au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Des techniciens du service de l'identité judiciaire se sont rendus sur la scène du crime pour compléter l'enquête. Celle-ci permettra d'en savoir davantage sur le mobile de l'agression. Il pourrait s'agir d'une affaire liée à la vente de stupéfiants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer